Pourquoi vous inscrire ?
Recueil de nouvelles dans l'univers du pendentif perdu
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 0 commentaire 0
«
»
Tome 1, Chapitre 8 « Une journée à Dunkick (partie 7) » Tome 1, Chapitre 8
Leur aîné se remit en route lentement, suivant les directives de son cadet pour quitter la ville et retrouver le chemin qui les mènerait jusqu'à la maison. La conduite douce de celui-ci, berça Loli qui bientôt ne dit plus un mot et s'endormit. Elle ne vit donc pas la neige qui commençait à tomber par petits flocons.
    
     -Ca va aller, Lucas ? demanda Nils en se pencha entre les deux sièges.
    
     Le jeune homme ralentit.
    
     -Oui. Par contre, on ne sera pas de retour avant papa. Je préfère y aller lentement.
    
     Connaissant son frère, c'était sûr qu'il n'allait pas mettre le turbo sur un sol glissant.
    
     -Je lui dirais que c'est ma faute, que j'ai insisté pour que tu le fasses.
     -Nils… Tu vas m'en vouloir…
    
     Le brun fronça les sourcils.
    
     -Pourquoi ?
     -J'ai appelé papa.
     -Quand ça ?
     -Quand Loli et toi, étiez à la supérette. Je lui ai dit que je t'emmenais à Dunkick. Il n'était pas pour...
     -Comment…
    
     Son aîné tapota sur le volant.
    
     -Je lui ai juste dis qu'il valait mieux que se soit moi qui t’emmène plutôt que tu partes seul, faire n'importe quoi. J'ignorais que c'était aussi important.
     -Je suis stupide donc tu imaginais un truc stupide.
     -Pourquoi est-ce que tu te rabaisses ainsi ? Je n'avais pas pensé à quelque chose d'aussi…
    
     Il hésita sur le terme à utiliser.
    
     -Triste… Mais peut-être que tu voulais voir de la famille à toi… Je n'ai jamais pensé que tu allais chercher un jeu vidéo, ou ce genre de futilité...
     -Merci.
    
     A dire vrai, Nils ne savait pas quoi répondre…
    
     Comme à son habitude, son aîné le déstabilisait par sa grande gentillesse.
    
     Ils continuèrent à rouler lentement sous la neige alors que la nuit tombait peu à peu. Le silence s'était fait petit à petit. Lucas paraissait concentré sur la route, et son frère ne se sentait pas légitime pour le déranger.
    
     Il savait que son père allait lui en vouloir, et se préparait mentalement pour les reproches. D'ailleurs, lui aussi, en avait à faire. L'énervement montait petit à petit en lui et il ressentait l'envie de dire ce qu'il avait sur le coeur.
    
     Ils finirent par arriver devant l'habitation. Lucas laissa glisser son badge pour ouvrir la clôture, et la voiture s'avança. Dans la cour, la citadine et la berline étaient garées, signe que leur père les attendait.
    
     Doucement, Nils secoua sa sœur.
    
     -Loli ?
     -Hum…
     -On est arrivé !
     -Où ?
     -A la maison.
    
     Elle se redressa un peu perdu.
    
     -On a fait tout le trajet ?
     -Oui.
    
     La jeune fille descendit de voiture, suivit par Nils. Le plus âgé récupéra sa valise dans le coffre avant de les rejoindre. Sans se concerter, ils entrèrent pourtant tous trois ensembles. A peine eurent-ils passé la porte qu'ils furent accueillit par leur père.
    
     -Vous avez fait bon voyage ?
    
     Devant l'air sévère de François, même Lucas hésita à aller l'embrasser.
    
     -Ca va. La neige nous a un peu retardé, déclara-t-il confus.
    
     Leur parent promena son regard sur eux.
    
     -D'abord Loli, ensuite Lucas, et Nils, je te garde pour la fin.
     -Bonne chance, lui murmura sa sœur.
    
     Leur père reprit la parole.
    
     -Loli, je peux savoir pourquoi tu n'es pas rentrée comme prévu ?
     -Bah… J'ai suivi Nils.
    
     Même si ce n'était pas la vérité, celui-ci ne dit rien.
    
     -Bien. Tu n'aurais pas pu simplement, prendre le bus puis le car de ramassage scolaire ?
     -Euh…
     -A mon avis, tu avais très envie de suivre ton frère.
    
     La jeune fille hésita, avant de dire :
    
     -Un peu…
     -Très bien, donc tu seras un peu punie… Monte dans ta chambre faire tes devoirs, et oublie l’existence de la console, jusqu'à ce que je te la rappelle.
    
     En soupirant, elle entreprit de se déchausser avant de monter l'escalier. Elle se retourna tout de même pour adresser un signe d'encouragement à ses aînés.
    
     -Lucas !
     -Oui ?
     -Je croyais t'avoir demandé de les ramener ici, le plus rapidement possible.
     -Je sais, mais c'était important pour Nils.
     -Ce n'est pas à toi d'en juger. C'est à moi.
     -Papa, il voulait…
    
     Son père l'interrompit.
    
     -Je sais ce qu'il voulait. Je lui avais interdit et il a pris sur lui de n'en faire qu'à sa tête. Ce n'est pas lui rendre service que de l'y aider. Je te pensais plus mature.
     -Papa, ils étaient en voiture avec moi. Tu sais qu'ils ne risquaient rien. Tu as confiance dans ma façon de conduire.
     -Ce n'est pas le problème. Le problème, c'est que j'avais dit « non » à Nils et qu'il est venu pleurnicher pour que tu l'emmènes. Te connaissant, ça n'a pas été difficile de te convaincre.
     -Je sais, mais…
     -Vas poser tes affaires. Tu crois que tu l'aides, mais tu ne l'aides pas. Réfléchis à ça.
    
     François se tourna vers Nils.
    
     -Quant à toi, dans mon bureau !
    
     Le brun ne discuta même pas. De toute façon, lui aussi avait des choses à dire et ne désirait pas que les autres l'entendent.
    

Texte publié par Nascana, 6 octobre 2019 à 13h16
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 8 « Une journée à Dunkick (partie 7) » Tome 1, Chapitre 8
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1371 histoires publiées
638 membres inscrits
Notre membre le plus récent est souricette35
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés