Pourquoi vous inscrire ?
Recueil de nouvelles dans l'univers du pendentif perdu
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 0 commentaire 0
«
»
Tome 1, Chapitre 7 « Une journée à Dunkick (partie 6) » Tome 1, Chapitre 7
La rue était vide, sans doute parce qu'on était au mois de janvier, et que la température n'était pas des plus clémentes. Il gagna le petit café à l'angle des deux rues. C'était un petit établissement très basique, avec quelques tables et chaises à l'intérieur et des produits communs présent à la carte. Nils repéra rapidement son frère et sa sœur qui discutait tranquillement.
    
     En même temps, les clients ne se bousculaient pas au portillon. Il y avait juste un homme âgé dans un coin, qui sirotait son café en lisant le journal et un type qui parlait avec le gérant. Le brun poussa la porte pour rejoindre Lucas, et Loli, sans un mot.
    
     -On t'a commandé un chocolat chaud, expliqua son frère. Je ne savais pas trop quoi prendre pour toi. Est-ce que tu bois du café ?
    
     Nils hocha la tête et s'installa en silence, devant la tasse fumante, son manteau toujours sur le dos. Une main se posa sur la sienne tendrement. Machinalement, le garçon porta le contenant jusqu'à sa bouche pour prendre une gorgée de liquide. La chaleur qui s'en dégageait lui fit du bien.
    
     -Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de maman, murmura-t-il. Elle aurait eu 46 ans. C'est pas vieux, 46 ans…
     -Papa en a 44, déclara Loli, plus pour meubler le vide que pour leur apprendre quelque chose de nouveau.
     -Je ne savais pas que ta mère était plus vieille que papa, ajouta Lucas.
     -C'est grave ?
    
     Son frère secoua la tête, prit au dépourvu.
    
     -Non, c'est juste… Peu commun…
    
     Le silence s'installa.
    
     -Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Je vous ramène ?
    
     Nils réfléchit. Ce n'était pas très sympa pour ses accompagnateurs de repartir aussi vite.
    
     -Vous voulez faire un tour de la ville ?
     -Oui.
    
     Enthousiaste, Loli accueillit l'idée en sautillant sur sa chaise.
    
     Lucas jeta un coup d'oeil sur sa montre.
    
     -Pas plus d'une heure, sinon papa va vraiment nous tuer.
     -Pas moi, déclara sa sœur.
     -Pourquoi ça ?
     -Je suis sa seule fille et puis, il se dira que c'est de votre faute et pas de la mienne. C'est Nils qui voulait venir, et Lucas qui conduisait.
    
     Le brun lui jeta un regard noir.
    
     -La prochaine fois, je t'attache et t'oblige à prendre le bus.
     -Méchant !
     -Parce que tu es gentille peut-être, à dire ça ? Tu en profites parce que tu es la plus jeune.
     -Bah vous vous narguez parce que vous pouvez faire tel ou tel truc…
    
     Lucas réfléchi.
    
     -Je ne t'ai jamais nargué…
     -Tu ne veux pas que je conduise ta voiture.
     -Tu as 13 ans et tu n'as de ce fait, pas le permis de conduire.
    
     Elle soupira.
    
     -Mais juste une fois, pour voir ce que ça fait !
     -Non ! Est-ce que Nils demande à conduire ma voiture ? Non ! Pourquoi ? Parce qu'il n'a pas l'âge !
     -Rabat-joie !
     -Irréaliste !
    
     En les entendant se disputer ainsi, le brun eu envie de couper court à la conversation.
    
     -Vous voulez voir où on habitait ?
     -Oui !
    
     Tout de suite, l'idée enchanta Loli. Lucas haussa les épaules, si cela pouvait faire plaisir à Nils, il n'y voyait pas d’inconvénient.
    
     Tous trois finirent leur tasse et se levèrent. Pendant que leur aîné allait payer, Loli se rhabilla.
    
     -Y a un glacier dans le coin ? demanda la plus jeune.
     -Oui, en centre-ville, dans la galerie du centre.
     -Super, on y va ?
     -Tu veux manger une glace par zéro degrés ?
     -Oui, j'ai trop envie d'une glace. Y en a plus dans le congélateur et quand je l'ai inscrit sur l'ardoise, maman l'a effacé, en disant que j'étais assez grosse comme ça.
    
     Nils reconnut bien le style de sa belle-mère. Toujours en gentillesse. Surtout que sa sœur, bien qu'un peu ronde, était une jolie fille. Lorsqu'elle souriait, deux fossettes creusaient son visage arrondi en lui donnant un air taquin. Elle avait des cheveux châtains formant des ondulations. Tout le contraire du brun, aux mèches raides comme des baguettes. Il jeta un regard sur Lucas et se demanda si c'était la même chose pour lui. Évidemment, avec sa coupe en brosse, c'était difficile à savoir.
    
     Vu les cheveux de leur mère, il était clair qu'ils ne tenaient pas ça d'elle. A moins que sa tignasse soit tellement abîmée qu'elle en reste plate et sans forme. Son père avait-il les cheveux qui frisés ? Dans ce cas, pourquoi lui ne les avait pas ? Sa mère ne les avait pourtant pas raide… Peut-être cela sautait-il une génération ?
    
     En tout cas, le moins qu'on puisse dire, c'était que Loli et Lucas se ressemblaient. Personne ne passait à côté du fait qu'il était frère et sœur. Ce n'était pas son cas. Peut-être cela venait-il du fait qu'ils n'avaient pas la même mère ? Oui, c'était sûrement cela.
    
     -Je vous montrer où j'ai habité et mon collège et on va prendre une glace.
     -Chouette. Nils, tu es mon grand-frère d'amour.
    
     Elle se tourna vers Lucas.
    
     -Tu ne conduiras pas la voiture !
    
     Énervée, elle lui tira la langue.
    
     -Tu n'es pas mon grand-frère d'amour.
     -Non, je suis ton grand-frère réaliste.
    
     Ils quittèrent tous les trois le café et Loli courue jusqu'à la voiture.
    
     -Viens avec moi, Nils.
     -Non. Nils reste devant pour me guider, souffla son aîné.
    
     La jeune fille fit la moue.
    
     -Nils a dit qu'il viendrait à côté de moi.
     -Au retour ! Là, j'ai besoin de lui pour me repérer.
    
     Avec humeur, elle grimpe dans le coupé.
    
     -Tu es vieux et chiant. Tu te la pètes parce que tu as 18 ans.
     -Si je n'avais pas 18 ans et le permis, je te rappelle qu'on ne serait pas là.
    
     Elle croisa les bras sur sa poitrine.
    
     -Cesse de faire le bébé qui boude quand il n'a pas ce qu'il veut, reprit son frère en rabattant le siège pour s’asseoir.
     -Je ne boude pas !
    
     Nils sourit en entrant dans l'habitacle. Il guida son frère et le fit rentrer dans la cour d'un immeuble.
    
     -Tu es sûr qu'on a le droit ? On n'est pas résident.
     -Quand tu viens voir quelqu'un, tu n'es pas résident non plus.
    
     Il leur montra un appartement.
    
     -On habitait là, quand j'étais petit. Ensuite, on a déménagé pour un endroit plus grand.
    
     Ils remontèrent et partirent faire un tour en périphérie, où le brun leur montra une maison.
    
     -C'est là, qu'on habitait. La maison est coupée en deux. Nous, on était sur le côté gauche, et on avait ce petit morceau de jardin. Je sais que c'est tout petit, par rapport à la maison de papa...
     -Y a une balançoire, c'est trop bien, se mit à crier Loli. Je veux une balançoire.
    
     Son aîné leva les yeux au ciel.
    
     -Tu veux toujours un truc ou un autre…
     -Parce que toi, tu ne veux rien ? Ca doit être pour ça, tu n'as pas de copine !
     -Je ne vois pas le rapport.
    
     Nils se dit qu'il était temps de trouver un moyen de calmer son frère et sa sœur.
    
     -Il fait froid, allons manger une glace.
    
     Ce ne fut qu'au moment où il la prononça qu'il prit conscience de la bizarrerie de sa phrase. Cependant, c'était trop tard. En plus, c'était suffisant pour que Loli remonte dans la voiture. Ils en firent de même.
    
     -Est-ce que vous voulez du chauffage ?
     -Ca va.
    
     Loli ne répondit pas, pourtant son frère ne s'en formalisa pas et ils continuèrent leur trajet. Finalement, Nils leur fit emprunter le parking souterrain pour garer la voiture. Le meilleur moyen d'être tranquille pour se balader en ville. Cependant Lucas arrêta brusquement la voiture et paru hésiter.
    
     -Qu'est-ce qu'il y a ?
     -Un ralentisseur…
     -Et ?
    
     Nils fronça les sourcils ne voyant pas le problème.
    
     -Je n'aime pas ça. Le coupé est très bas. J'ai peur qu'il ne touche le ralentisseur.
     -Tu veux faire quoi ? Marche arrière ?
    
     Lucas regarda autour de lui, avant de retirer sa ceinture et sortir, pour regarder le dessous de la voiture.
    
     -Il fait quoi ?
    
     Nils haussa les épaules.
    
     Leur aîné s'assit à nouveau dans la voiture et remit sa ceinture.
    
     -Bon, je vais y aller lentement, ça sera peut-être mieux.
    
     Les deux plus jeunes échangèrent un regard.
    
     -Tu fais ça, à tous les ralentisseurs ? demanda Loli.
     -Mieux vaut être prudent.
     -Les gens derrière, ne gueulent pas ?!
     -Un peu, mais je dois prendre soin de ma voiture…
     -Faute d'avoir une copine...
    
     Lucas soupira.
    
     -C'est bon avec ça. Comme si c'était obligatoire. D'abord, je ne veux pas une copine. Je cherche ma future femme.
    
     Nils retint un fou rire avec difficulté. C'était bien son frère de sortir des choses comme ça.
    
     -Passe une annonce : je m'appelle Lucas et je cherche la femme de ma vie. Je suis chiant, mais j'ai un coupé, se moqua sa sœur.
     -Je ne vois pas en quoi je suis « chiant » comme tu dis. Si c'est parce que je suis responsable…
    
     Un coup de klaxon les ramena à la réalité, Lucas s'avança doucement sur le ralentisseur, pour finir sans encombre de l'autre côté.
    
     -Et on a survécu, souffle Loli. Ho la la, je ne m'y attendais pas.
    
     Son frère l'ignora et chercha une place.
    
     -Y en a une là, lui montra Nils.
     -Hum, non.
     -Pourquoi ?
     -Trop près du poteau. Il faut pouvoir ouvrir les portes en grand pour que Loli puisse descendre.
    
     Piquée au vif, la jeune fille répliqua :
    
     -Je ne suis pas si grosse !
     -Je ne vois pas le rapport. Tu es juste à l'arrière et tu sors par ma porte. En plus, je ne voudrais pas que quelqu'un abîme la voiture.
    
     Loli leva les yeux au ciel.
    
     -Il ne faudrait pas qu'on touche à ton coupé.
     -Papa m'a offert cette voiture. J'en prends soin. Il me fait confiance.
     -Et il a raison, déclara soudain Nils.
     -De ?
     -Te faire confiance. Avec toi, la voiture est entre de bonnes mains.
    
     Lucas lui jeta un coup d'oeil septique. C'était comme s'il se demandait si le brun se moquait ou non. Ne parvenant à le déterminer, il gara le véhicule.
    
     Tous trois sortirent et Loli prit le bras de Nils et le suivit. Ils s'arrêtèrent brusquement en se rendant compte que leur frère ne marchait pas derrière eux. En se retournant, ils l'avisèrent, qui fixait le coupé avec attention.
    
     -C'est foutu, on le casera jamais, soupira sa sœur.
     -Mais si. Chaque pot à son couvercle.
     -Ouais, enfin là, le pot est cassé et il reste que le couvercle.
    
     Nils éclata de rire.
    
     -Tais-toi, on va devoir s'en occuper quand il sera vieux.
     -Pourquoi tu dis ça ? l'interrogea Nils.
     -S'il a pas d'enfants pour s'occuper de lui, c'est nous qui allons devoir le faire.
    
     Le brun se figea.
    
     -Il en adoptera, s'il ne peut pas en avoir…
     -Tu parles, il suffira qu'on le voit avec sa voiture et se sera foutu…
    
     Le brun ne répondit pas. Leur frère venait vers eux.
    
     -On y va ?
    
     Nils hocha la tête, et les entraîna derrière lui. Ils montèrent sur l'escalator dans lequel Loli s'amusa à courir comme une folle, sous le regard amusé du brun, et ennuyé de leur aîné.
    
     -Il y a plein de boutiques, commenta-t-elle.
     -C'est la galerie d'un supermarché, le contraire eut été étonnant, lui rappela Lucas.
     -Est-ce qu'il y a des vêtements trop beau ?
     -On n'est pas là, pour ça.
    
     Mais la plus jeune ne l'écoutait déjà plus et s'était plantée devant une vitrine pour fixer un t-shirt noir sur lequel se dessinait un chat blanc se frottant contre une tête de mort.
    
     -Trop beau ! Je le veux !
     -Évidemment, tu veux encore quelque chose, soupira Lucas.
     -Mais il est trop beau.
    
     Son aîné secoua la tête.
    
     -Si tu achètes ça, maman va faire une syncope !
     -Et moi, j'en fais pas une quand elle m'achète un short rose trop moche et trop petit pour quand j'aurais maigri !
     -Je suis sûr qu'il n'est pas si laid.
     -Tu parles, je suis certaine qu'elle l'a trouvé sur un catalogue de mamie.
     -Loli !
     -Bah, c'est sûr, toi, elle t'offrait pas de short rose !
     -C'est un cadeau, tu ne peux pas critiquer.
     -Cadeau empoisonné alors !
     -Tu es vraiment ingrate !
     -Bah, en plus, je m'en fiche.
    
     Ils furent interrompus par le retour de Nils qui tendit un sac à sa sœur. Dedans, se trouvait le précieux t-shirt. Loli se mit à sauter de joie, avant d'enlacer son frère.
    
     -Merci Nils. Tu es vraiment mon grand-frère d'amour.
    
     Lucas lui jeta un regard noir.
    
     -Ce n'est pas responsable, Nils. Ce n'est pas comme ça, qu'elle va apprendre la valeur des choses.
     -Je fais juste un cadeau à ma sœur.
     -Tu ne le fais même pas par gentillesse, mais juste pour embêter maman, ce n'est pas mature.
    
     Leur aîné leur tourna le dos. Sûr que s'ils pouvaient rentrer seuls, il les aurait planté là. Ils avaient peut-être un peu abusé.
    
     Nils le saisit par la manche.
    
     -Viens, je te paye une glace.
     -Non, merci.
     -Un café alors ?
    
     L'autre hésita, avant de hocher la tête sans un mot.
    
     -Moi, je veux une glace, déclara Loli.
     -Comment aurait-on pu passer à côté ? railla Lucas.
    
     Elle tira la langue à son aîné qui de toute façon lui tournait le dos.
    
     Nils les mena à la dernière boutique de la galerie. Devant eux s'ouvrait un comptoir remplie de bac de glace multicolore. A côté, des tables et des chaises avaient été disposées et l'on pouvait observer la place de l'hôtel de ville par ses verrières.
    
     Devant l'abondance des goûts proposés, la jeune sautilla, en les fixant avec envie. Le choix allait être difficile. Elle fit tranquillement le tour alors que ses frères attendaient en silence.
    
     -Je veux trois boules, déclara-t-elle. Cerise, chocolat blanc et menthe !
     -Tu ne veux pas la boutique tant que tu y es, souffla Lucas, avec humeur.
    
     Elle le foudroya du regard.
    
     -Je ne te les payerais pas, déclara-t-il.
     -Bah garde tes sous, radin.
    
     A nouveau, Nils intervint.
    
     -Allez vous asseoir, je commande.
    
     Lucas acquiesça et alla s'installer dans un coin. D'un geste de la tête, le brun incita sa sœur à le suivre. Elle soupira, avant d'y aller.
    
     -Il a été sympa de nous amener là.
    
     Loli partit en traînant les pieds.
    
     Qu'aurait pensé sa mère en le voyant ainsi ? Enfant, il avait eu une période où il voulait un frère ou une sœur. Il n'en avait jamais eu. Il s'était d'ailleurs, demandé si c'était parce que sa mère ne se voyait pas gérer deux petits seuls ou si c'était de part la situation improbable qu'elle entretenait avec son père.
    
     Là, il avait un frère et une sœur. Cela lui faisait toujours bizarre. Un peu moins, avec Loli puisqu'ils vivaient ensemble. Cependant, il devait avouer qu'il n'avait aucun atome crochu avec Lucas son aîné. S'il était venu le voir, c'était parce qu'il savait que celui-ci accepterait de jouer les chauffeurs de taxi et ceci dans le seul but de se rapprocher d'eux. En y repensant, c'était cruel. Il avait un peu honte de son comportement.
    
     Après avoir fait la commande, il arriva avec son petit plateau jusqu'à la table. Nils fut ravi de constater que les deux autres n'étaient pas en train de s’entre-tuer. Loli racontait la scène qui s'était jouée le matin même. Pas rancunière pour deux sous, elle devait déjà avoir oublié pourquoi elle se disputait avec Lucas. Celui-ci par contre, ne répondait presque pas.
    
     Le brun posa un café brûlant devant lui. Se fut ensuite le tour de la coupelle où une petite cuillère en plastique bleu, attendait planté sur les boules de glace multicolores. Un chocolat chaud, la rejoignit devant la jeune fille.
    
     Le garçon prit alors une gaufre recouverte de sucre glace qu'il déposa devant son frère. Celui-ci lui jeta un regard interrogateur comme s'il attendait une quatrième personne et que ce n'était pas pour lui.
    
     -Pour te remercier de ta gentillesse.
    
     Il ne savait pas quoi ajouter d'autre, et fixa sa crêpe au chocolat et son cappuccino en silence.
    
     -Combien je te dois ?
     -Bah, rien.
     -Mais tu es sûr ?
     -C'est un cadeau. J'ai pas pour habitude de faire payer mes cadeaux.
    
     Lucas le regard sans comprendre, avant de remonter ses lunettes sur son nez.
    
     -Merci, c'est très gentil de ta part.
    
     Pour peu, on aurait pu croire qu'il allait pleurer. Nils leva les yeux au ciel. Son frère avait l'air de le mettre mal à l'aise.
    
     -On fait quoi, après ? demanda brusquement Loli.
     -On rentre, il est déjà tard.
    
     Nils jeta un coup d'oeil à sa montre.
    
     -Si on veut arriver avant papa, faut qu'on se dépêche.
    
     La plus jeune haussa les épaules.
    
     -De toute façon, il va nous griller et vous vous ferez tuer.
     -Merci, Loli ! Vraiment ! soupira Lucas.
     -Bah, quoi ? Je suis réaliste.
    
     Nils passa la main sur son visage.
    
     -Mange ta glace !
     -Mais, c'est froid.
     -La pertinence de cette remarque me laisse sans voix, souffla le plus âgé.
    
     Elle lui fit une grimace avant de reprendre une cuillère de glace.
    
     -J'espère que vous ne vous êtes pas trop embêté, murmura Nils, gêné.
     -Non…
     -Ca, on sait que toi, tu t'es bien amusé. Tu as un nouveau t-shirt et tu as mangé ta glace. A croire que tu as perdu de vu la raison pour laquelle on était là.
     -Moi, j'étais là pour accompagner. Et toi, tu étais là pour quoi ? A part râler ?
     -J'étais là, pour soutenir mon frère.
    
     Cette remarque réchauffa le coeur de Nils. Ils n'étaient vraiment pas proches tous les deux, mais il devait avouer que Lucas était très gentil. Et facilement manipulable…
    
     -Bon, allons-y, déclara le brun en se relevant.
     -J'ai pas terminé ma glace, se plaignit Loli.
     -Prends là, avec toi.
    
     Son aîné intervient.
    
     -Hors de question. On ne mange pas dans la voiture.
    
     Loli haussa les épaules.
    
     -Bon, alors dépêche-toi, soupira Nils.
     -Mais ça fait mal aux dents, le froid.
    
     Lucas secoua la tête.
    
     -La prochaine fois, je ne t'emmène pas.
     -Tu feras quoi ? Tu me laisseras dans ton appartement ? Comme ça, je fouillerais partout pour trouver des choses compromettantes !
    
     Son aîné leva les yeux au ciel.
    
     -Sérieusement tu as quel âge ? Tu crois que j'ai que ça à faire de cacher des choses ? Je suis là-bas pour mes études, c'est tout.
     -Je regarder si une femme n'est pas venue.
     -Ho, mais une femme est venue ! Elle est même venue me casser les pieds.
     -C'est qui ?!
     -Toi !
    
     Sa sœur reposa sa cuillère déçue.
    
     -Bah, t'es nul ! Une femme qui n'est pas moi !
     -Maman ça compte ?
     -Non ! Une qui t'intéresse.
     -Une qui soit gentille, glissa Nils, en se souvenant du critère principal de Lucas.
    
     Leur aîné soupira.
    
     -Mais puisque je vous dis qu'il n'y a personne ! J'ai le temps. Je veux être sûr de faire le bon choix. J'attends la future mère de mes enfants.
    
     Loli explosa de rire, et le brun se retint de justesse de faire pareil.
    
     -Mais oui. Rigole. Tu vas me dire que tu sors avec un garçon, peut-être ?!
     -Non, mais il y en a trois qui s'intéressent à moi.
     -Mais bien sûr. Si tu as tellement de succès, grand bien t'en fasse. Et toi, Nils ?
    
     Le brun cligna des yeux sans comprendre.
    
     -Moi ?
     -Il y a une fille dans ta vie ?
    
     Il se sentit rougir sous l'effet de la question.
    
     -Non…
    
     Finalement, Nils se reprit.
    
     -Allons-y.
    
     Un coup d'oeil, lui permet d'apprendre que Loli venait de terminer sa glace. Il se saisit de la coupelle en carton et la mit sur le plateau, avant de rapporter le tout au comptoir.
    
     -C'était une belle journée, déclara sa sœur.
    
     Lucas lui fit signe de se taire.
    
     -Quoi ?
     -Tu crois franchement que Nils s'amuse ?! Un peu de respect.
    
     Elle baissa la tête gênée. L'espace d'un instant, elle avait oublié, le cimetière et la bougie.
    
     Le brun revint vers eux et ils partirent vers la voiture.
    
     -Nils, je te dois combien ?
     -Rien, je te l'offre, répéta son frère.
     -Non, mais pour Loli.
     -Je croyais que tu ne me paierais pas la glace ?
     -Mais tais-toi donc !
    
     Nils secoua la tête.
    
     -Ca ira.
     -Tu es sûr ? Tu as les sous pour ?
    
     Il hocha la tête.
    
     -Mémé me donne 50 écus par mois.
     -Trop bien, commenta Loli.
     -C'est pour toi qu'elle les donne pas pour nous, reprit Lucas.
     -Je peux bien offrir un goûté à mon frère et ma sœur.
     -Même plusieurs, tenta la plus jeune qui traînait la patte derrière ses frères.
     -Tu ne veux pas te taire pour une fois, au lieu de raconter n'importe quoi, soupira l'aîné.
    
     Nils prit à nouveau la parole.
    
     -Ce n'est pas grave. Ca me fait plaisir de vous avoir avec moi, aujourd'hui. J'aurais bien aimé que papa soit là aussi.
    
     Gêné, Lucas hésita avant de lui tapoter l'épaule pour lui montrer son soutien. C'était bien lui de ne jamais savoir comment se comporter.
    
     Ils regagnèrent la voiture et comme, il l'avait promis, Nils monta à l'arrière pour le plus grand bonheur de sa sœur.

Texte publié par Nascana, 28 septembre 2019 à 23h52
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 7 « Une journée à Dunkick (partie 6) » Tome 1, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1543 histoires publiées
711 membres inscrits
Notre membre le plus récent est SaraAfonso
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés