Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 14 « La porte des brumes » Tome 2, Chapitre 14

« Capitaine ? Monsieur Florange est arrivé ! »

L’officier lança un regard agacé à sa secrétaire, une jeune femme brune qui passait son chignon impeccable par l’embrasure de la porte.

Le capitaine Borée retint un soupir : dissimulé sous ce modeste grade, il dirigeait une section officieuse des services secrets militaires français, spécialisée dans les cas « inexplicables en l’état actuel de la science ». Ce n’était pas une mince affaire : en règle générale, médiums, magiciens, théosophes, mystiques, scientifiques fous et autres individus étranges savaient rester discrets… mais il y avait toujours des exceptions. Il devait aussi composer avec ses homologues des puissances ennemies comme alliées, bien décidées à mettre les bâtons dans les roues des Français à la première opportunité.

Il n’avait pas spécialement envie de recevoir un aventurier illuminé habitué à déterrer des civilisations insolites, à tomber dans les failles temporelles et éveiller toutes les créatures « mortes mais pas trop » de l’empire colonial français. Même quand elles n’avaient jamais causé aucun problème – ce qui changeait dramatiquement après son passage.

« Vous voyez bien que je reçois déjà quelqu’un, Victorine ! » grommela l’officier.

Son visiteur haussa un sourcil curieux :

« Florange ?… L’explorateur ? À vrai dire, mon capitaine, cela me divertirait de le rencontrer… À moins qu’il ne s’agisse d’un entretien confidentiel. »

Borée dévisagea le jeune oisif en costume clair : sous son apparence bénigne, se dissimulait un agent redoutable, aussi brillant qu’imprévisible – ce qui n’avait rien d’étonnant quand on connaissait sa nature. Le dernier né des « Douze », et probablement le plus dangereux, dardait sur lui un regard dont le flamboiement vif-argent trahissait une humeur facétieuse. Le capitaine grogna intérieurement, espérant qu’elle ne se retournerait pas contre lui.

L’homme qui entra dépareillait dans ce bureau parisien tapissé de rinceaux verts et de boiseries ornées. Grand et maigre, Florange semblait juste descendre de cheval, avec sa veste beige, ses bottes hautes et sa moustache conquérante. Il ne posa qu’un bref regard sur le jeune homme qui se tenait modestement dans l’embrasure de la fenêtre, un verre de cognac à la main, et fonça comme un ouragan vers Borée, pour s’immobiliser dans un garde-à-vous pompeux :

« Florange au rapport, mon capitaine ! »

Borée se leva sans hâte, les mains croisées derrière le dos :

« Rompez, Florange. Asseyez-vous. »

L’explorateur se laissa tomber dans le fauteuil le plus proche, croisant une longue jambe par-dessus l’autre et déclara sans y être invité :

« Je tenais à vous informer d’une découverte inattendue que j’ai faite dans les contreforts himalayens… Par souci patriotique ; j’estime que notre gouvernement doit être le premier à l’apprendre !

— Encore une armée de momies ?

— Mieux encore ! »

L’explorateur ne semblait pas saisir l’ironie de Borée. Il prit un air lointain et poursuivit :

« Voici deux mois, je me trouvais en exploration dans le Bhoutan, quand un épais brouillard s’est soudain élevé… Nous avons tourné en rond dans la montagne… Nous n’y voyons pas plus loin que le nez de nos montures. »

Pour alléger son humeur, Borée imagina Florange à cheval sur un yack. Tête-bêche, de préférence. En vain. L’intéressé maintint une pause de mystérieux silence, avant poursuivre :

« Une grande arche de pierre, surgie de nulle part, aussi haute que dix hommes, se dégageait lentement de la brume… Une vision si extraordinaire que nous nous sommes demandés si nous ne rêvions pas… Elle semblait ouvrir sur… autre chose. Au centre de l’arche, l’air semblait brouillé, luminescent. »

Il sourit modestement :

« J’aurais bien traversé le passage, mais j’avais la responsabilité du convoi… mes sherpas étaient terrorisés, je ne voulais pas les forcer à pénétrer dans un monde inconnu… Mais j’ai précisément noté l’emplacement du portail… »

Il remit ses deux pieds sur le sol, se pencha en avant, les coudes sur les genoux, et fixa Borée d’un regard grave :

« Je pense que cette trouvaille mériterait une expédition plus étoffée que je me ferai un plaisir de diriger… »

Borée passa une main tremblante sur son visage : quel imbécile de guide avait trouvé moyen de mener Florange précisément à cet endroit ? Il s’apprêtait à répondre vertement quand le dandy s’avança et s’exclama avec ravissement :

« Monsieur Florange ! Se peut-il que vous ayez trouvé la porte qui ouvre vers un monde mythique ? »

L’explorateur leva vers lui un regard où se mêlait l’incompréhension et l’irritation.

« Ce que vous décrivez me rappelle quelques témoignages que j’ai pu lire en faisant des recherches pour la Section, poursuivit l’importun. Je suis porté à penser que vous avez peut-être trouvé la première piste sérieuse vers… la légendaire Shangri-La ! »

Les yeux écarquillés d’étonnement, le jeune homme présentait un exemple parfait d’innocence émerveillée. Florange se laissa posséder par ce témoignage de feinte admiration :

« Vous le pensez réellement ? »

Il se tourna vers Borée :

« Et vous, Capitaine ? »

L’officier saisit le regard du jeune homme. Il se sentait trop las pour lutter contre les dessins alambiqués de son agent.

Plus tard, quand Florange fut parti avec la promesse d’un appui officiel pour son expédition, Borée estima nécessaire de dissiper ses doutes :

« Rassurez-moi, vous savez…

— … que ce portail ouvre vers le séjour des démons 'Dre ? Parfaitement ! »

Le dandy esquissa un fin sourire :

« Mais c’est aussi le secteur de nos « amis britanniques », et les représentants locaux du réseau Athena se verront obligés de tirer notre homme de là par le fond du pantalon. Pendant qu’ils seront occupés à calmer le courroux des 'Dre, nos expéditions auront les mains libres pour poursuivre la recherche du vrai Shangri-La. »

Il sourit et leva son verre en direction de Borée :

« Anerrhíphtô kýbos ! »

Le capitaine ne savait s’il devait être admiratif… ou simplement atterré.

Anerrhíphtô kýbos : en grec ancien, « Les dés sont lancés ! »


Texte publié par Beatrix, 21 décembre 2021 à 23h09
© tous droits réservés.
«
»
Tome 2, Chapitre 14 « La porte des brumes » Tome 2, Chapitre 14
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2109 histoires publiées
937 membres inscrits
Notre membre le plus récent est ChoiceorDestiny
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés