Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 20 « Combat à la tombée de la nuit » Tome 1, Chapitre 20
Dvan avait voulu paraître beaucoup plus assuré qu'il ne l'était réellement. La vérité, c'était qu'il avançait sans savoir où aller. Ses pieds suivaient un chemin puisque son esprit en était incapable. Il ne voyait même pas ce qui l'entourait. Peu importait les gens, les maisons, les rues… Sans Rosa, cela n'avait plus aucune espèce d'importance.
    
     Cependant, une voix dans son esprit lui criait qu'il ferait bien de faire attention, la nuit ne durerait pas
    définitivement. Viendrait bien un moment où il lui faudrait trouver un refuge pour la journée. C'était cela ou se laisser mourir. Cette idée le tenta l'espace d'un court instant. Seulement, il s'imagina sa sœur les yeux baignés de larmes.
    
     Le jeune homme voulait lui montrer qu'il était responsable, pas suicidaire… En plus, elle ne saurait peut-être jamais sa mort et se serait condamnée à vivre sans savoir où il se trouvait et s'il était en vie.
    
     Dvan tenta de redresser la tête. Mais avait beaucoup de mal à le faire.
    
     Que voulait-il ?
    
     Une idée lui traversa la tête. Il voulait quitter le Saint-Empire. Peut-être l'herbe serait-elle plus verte ailleurs…
    
     Avant, il aurait voulu aller plus au sud, là où il faisait plus chaud. A présent, le soleil n'avait plus grande importance. Plus jamais, il ne le verrait. C'était assez ironique quand il y pensait son véritable soleil s’appelait Rosalina et celui-là non plus, il n'était pas près de le revoir.
    
     Au bout d'un moment, le jeune homme se rendit compte qu'il marchait dans la boue, celle-ci lui collait aux chaussures à chacun de ses pas. Il jeta un coup d'oeil au paysage : quelques maisons miteuses construite de bric et de broc, on était bien loin de la grande avenue pavée dans laquelle il avait prit son envol. Pas de doute possible, Dvan approchait de la sortie de la ville. C'était le chemin menant au chantier.
    
     L'ironie de la situation le fit rire. Pourquoi fallait-il qu'inconsciemment, il retourne là-bas ? Parce que c'était le seul endroit où il avait eu un foyer ?
    
     Le géant continua son chemin, faisant mine de savoir où il allait. Ca éviterait aux gens de lui poser des questions. Quoiqu'en général, on éviter de s'en prendre à lui. Sa corpulence devait y jouer un rôle. Après les cicatrices sur son visage faisait le reste.
    
     Que pourrait-il faire comme travail ? se demanda-t-il soudain.
    
     Il lui faudrait trouver quelque chose qui se fasse la nuit…
    
     Trop de questions lui tourbillonnaient dans la tête alors qu'il quittait cette ville de malheur. Mieux valait prendre un problème à la fois, et le résoudre. Pour le moment, ce qu'il lui faudrait trouver, c'était un endroit pour se protéger du soleil. L'espace d'un instant, il fut tenté de pousser jusqu'au chantier pour récupérer leurs affaires. Seulement, cela faisait plusieurs jours qu'il avait disparu et il soupçonnait les autres de s'être jeté avidement sur le peu qu'ils possédaient.
    
     Que croiraient-ils ? Est-ce qu'on le pensait coupable du meurtre de ce type ? Est-ce qu'on le croyait en fuite ? Ou alors devenu fou, à cause, de la disparition de sa sœur ?
    
     Brusquement un homme apparu sur sa route. Il n'y avait personne autour d'eux. Juste un chemin tracé par le nombre de pas et de chariot qui était passé là. Des deux côtés, ils étaient entourés d'arbres sombres qui paraissaient décharnés sous la lumière de la lune, à force de perdre leurs feuilles.
    
     Dvan jeta un regard à l'étranger devant lui. De taille moyenne, il cachait son visage sous une large capuche. Tout de noir vêtu, il aurait facilement pu disparaître dans l'ombre et aucun humain ne se serait aperçu de sa présence.
    
     Le géant ne put s'empêcher de froncer les sourcils face à l'apparition inattendue. Ils s'entre-regardèrent, en silence, pendant quelques secondes. Le temps paraissait comme suspendu, dans l'attente de ce qui allait se passer.
    
     Soudain, l'autre passa à l'attaque, avec une vitesse surprenante. Traversant la distance les séparant, en quelques secondes, il planta avec force son arme dans le bras de Dvan qui avait protégé au dernier moment son torse. Un bruit résonna et le couteau paru se briser sur la peau du jeune homme. Lui-même ne ressentit pas sa morsure.
    
     Surprit, l'homme en profita pour reculer, abandonnant le reste du poignard sur le sol. Le géant passa sa main sur son bras pour se rendre compte de l'étendue des dégâts. A sa grande surprise, il ne saignait pas et aucune blessure n'était visible. Sa peau par contre, avait pris la texture du métal.
    
     N'ayant guère le temps de s’appesantir sur le miracle, Dvan se mit en position défensive.
    
     Son attaquant se préparer déjà pour la suite, en tirant de son manteau plusieurs couteaux. Avec rapidité et souplesse, il les envoya vers le géant, qui les esquiva avec plus ou moins de chance. Il comprit néanmoins que ceux-ci n'étaient pas là pour le tuer, mais plus pour le blesser.
    
     Sans savoir pourquoi, il s'éloigna rapidement des lames qui formés un cercle sur le sol. Grand bien lui en prit, car au même moment, une sorte de rayon de lumière illumina chacun d'eux. Aussitôt Dvan comprit la dangerosité de ses armes.
    
     C'est alors que l'homme surgit sur son flanc, tentant à nouveau de le planter avec son poignard. Avec une rapidité qui le surprit lui-même, le géant esquiva, se saisit de son bras et l’entraîna vers le piège qu'il avait lui-même tissé. Malheureusement, au moment où il le toucha rien ne se produisit.
    
     Ou plutôt si, mais ce n'était pas l'effet escompté. Une lumière l'illumina semblant le protéger de la magie des armes.
    
     -Désolé pour toi, mais ça ne sera pas aussi facile de s'en prendre à moi.
    
     Dvan le fixa. Ainsi donc lui aussi était un vampire. A croire qu'on pouvait vivre tranquillement pendant dix-neuf ans sans avoir connaissance de l’existence de ces créatures et soudain avoir l'impression d'en croiser à chaque coin de rue.
    
     L'autre se releva et revint à la charge. Il ne semblait pas prompt à abandonner.
    
     -Qu'est-ce que vous me voulez ? lui demanda le jeune homme.
     -Ca n'a rien de personnel… Seulement, les vampires comme toi, n'ont pas leur place dans notre beau pays, et moi, je suis chargé de me débarrasser d'eux.
    
     Un frisson parcouru Dvan à ses mots. Il ne pouvait s'empêcher de penser à Rosa. Elle ne pourrait pas lutter contre cet homme, c'était à lui de la protéger. La colère le prit, il savait qu'il devait faire tout son possible pour se débarrasser de ce type.
    
     Son ennemi se remit sur pied plus rapidement qu'il l'aurait souhaité et revint au corps à corps, tenta à nouveau de le piquer avec ses lames. Le géant comprit qu'il lui faudrait réussir à s'emparer de l'une d'entre elle pour rivaliser. Mais en attendant, il lui fallait éviter de se faire planter.
    
     L'autre passa sur son flanc droit, et allongea le bras pour tenter de le blesser, laissant une partie de son visage exposé. Cependant, Dvan le frappa du plus fort qu'il put avec son bras gauche et l'atteignit à la mâchoire.
    
    Malheureusement pour lui, le halo doré illumina de nouveau son adversaire, qui ne semblait pas dérangé le moins du monde par le coup porté, à peine recula-t-il un peu.
    
     -Intéressant ! Tu es gaucher. Je ne l'avais pas vu venir. Mais qu'importe aucune arme ne peut m'attendre, tu n'as pas de chance. Mon pouvoir me protège des intentions hostiles.
    
     Il profita de la surprise pour planter sa lame dans le torse de Dvan. Du moins, tenta-t-il de le faire, puisqu'à nouveau, la peau de celui-ci se solidifia pour le protéger.
    
     -Je vois que tu as aussi tes petits secrets.
    
     Saisissant l'homme par les bras alors qu'il allait fuir, le géant le projeta vers les arbres qui bordaient le chemin, lui faisant perdre sa lame. Celui-ci se retrouva entraîné par son élan et tomba au sol, avant de percuter un tronc. Il mit plus de temps à se relever, ce qui fait comprendre à Dvan que son pouvoir ne le protégeait que d'armes ou de ce qu'il considérait comme des armes. Les troncs d'arbre semblaient faire exception à la règle.
    
     Aussitôt, il se jeta sur lui avec l'énergie du désespoir. Il ne pourrait pas lui faire de mal en le frappant, très bien. La forêt environnant serait son allié. L'autre ne paraissait pas s'être attendu à un tel déchaînement de violence. Même si les coups ne l'atteignaient pas, il le faisait tout de même reculer.
    
     La végétation ne l'aidait pas et gênait ses mouvements. Il était visible qu'il faisait de son mieux pour sortir de cet endroit et regagner le chemin, en entraînant Dvan avec lui. Cependant, le géant ne voulait pas lui laisser un instant de répit. Il se savait plus fort que l'autre. Il fallait qu'il fasse de cette force, un avantage.
    
     Tentant le tout pour le tout, l'homme fit un pas de côté pour fuir. Mais le colosse s'attendait à cette réaction, et plutôt que de le rattraper, il lui lança un puissant coup de poing dans le dos, ajoutant encore à son élan. Son adversaire se retrouva propulsé vers l'avant, et ses jambes ne purent le retenir. Il s'écroula sur le reste d'un tronc d'arbre mort, serrant les dents alors qu'une branche le blessait, faisant couler du sang sur ses vêtements sombre.
    
     Dvan n'attendait que cela. Y mettant toute la force dont il était possible, il frappa le dos de l'homme, sentant avec soulagement le corps de celui-ci glisser peu à peu sur le morceau de bois. Le géant ne remarquait même pas l'horreur de la situation. Tout ce qu'il savait que c'était que seul l'un d'entre eux sortirait vivant de cette forêt.
    
     L'autre se mit à hurler alors qu'il s'empalait sur la branche. Dvan savait combien les blessures pouvaient facilement se régénérer avec du sang humain, c'était pour ça, qu'il ne mit pas fin à ce déchaînement de violence et continua sa sombre besogne.
    
     Brusquement, il n'y eut plus rien, juste les bruits de la nuit. Le corps fut pris d'un spasme avant de disparaître en poussière.
    
     Le jeune homme reprit son souffle. Il avait toujours du mal à réaliser ce qu'il venait de se passer. On avait tenté de l'assassiner, mais c'était lui qui en était sorti vainqueur. Seulement, il n'en éprouver aucun plaisir.
    
     Figé, il ne parvenait pas à comprendre qu'il venait de tuer une personne. Bien sûr, il y avait été obligé. Mais ce déchaînement de violence, ce n'était pas lui. Ce n'était pas la vie qu'il voulait.
    
     Après plusieurs minutes, Dvan se força à avancer. Il ne pouvait pas rester là, à fixer un arbre. Il devait trouver un abri.
    
     La chose la plus importante à faire, à présent, était de quitter les lieux. Mieux, il lui fallait quitter le Saint-Empire. L'assassin avait parlé de ce « pays ». Alors peut-être que lorsqu'il n'y serait plus, il serait en sécurité.
    
     Il résista à l'envie de courir pour avertir Rosa. Peut-être ne ferait-il que la mettre en danger inutilement.
    
     Dvan reprit son chemin avec une détermination nouvelle et un objectif : quitter ce pays au plus vite.

Texte publié par Nascana, 18 août 2019 à 22h55
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 20 « Combat à la tombée de la nuit » Tome 1, Chapitre 20
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1314 histoires publiées
625 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Sfm
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés