Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 2 Tome 1, Chapitre 2
Ah ! Non ! ça ne se passera pas comme ça !
    Georges quitta la scène du crime avec précipitation et remonta l’escalier de la cave, quatre à quatre, dans un cliquetis d’os. Nom d’une pipe ! Ce n’était décidément pas l’heure pour un rituel et encore moins pour combattre un démon invoqué par le sang de ce renard éventré. Et puis, George ne portait pas les bons vêtements pour cette traque démoniaque ; malheureusement, la squelettière n’avait plus le temps de se changer.
    Elle le savait, les murs se recouvriraient bientôt de gel, les stalactites se formeraient aux plafonds, meurtriers, prêts à embrocher quiconque aurait le malheur de se trouver dessous. Enfin, il apparaîtrait… Esprit de la Mort Blanche, drapé d’un manteau de neige qui le recouvrait tel un spectre difforme. Il recouvrait son visage momifié, à la bouche cousue de fils noirs et quand il prenait sa victime dans ses griffes glace ; il aspirait sa vie, liquéfiait ses chairs et brûlait ses yeux. Une mort horrible attendait Idris et Georges ne la laisserait pas succomber de cette façon ; cette sorcière était peut-être givrée de la cervelle mais elle ne méritait pas un tel sort.
    Plus de temps à perdre donc, tant pis pour sa chemise de nuit rose et duveteuse. Elle traversa le salon en courant, emprunta les marches grinçantes pour se rendre au premier étage du manoir et s’engouffra dans la chambre d’Idris ; d’expérience, Georges savait qu’un tel vacarme ne réveillait pas la blonde aux cheveux courts. Une aubaine dans ce genre de situation car elle pouvait agir sans craindre de l’avoir sur le dos et de devoir s’expliquer ; elle s’empara bâton de la sorcière, posé négligemment contre la commode vernis et tira le tiroir pour en sortir le grimoire corné. Idris ne prenait vraiment pas soin de ses affaires.
    Le froid s’intensifiait et Georges entendait la jeune femme grelotter sous ses couvertures. Bientôt, la sorcière serait incapable de réagir, tétanisée par l’air glaciale ; une aubaine pour la Mort Blanche, qui n’aurait plus qu’à se pencher sur elle pour ne laisser que son squelette… Peut-être ferait-elle une bonne squelettière ? Georges secoua le crâne : Idris, véritable empotée, doublée d’une incapable, ne porterait pas la robe de servante comme il faudrait. Imaginer le nombre de vaisselle cassée par sa simple maladresse la fit frissonner.
    Georges observa ses phalanges : des cristaux de glace commençaient à se former. L’urgence l’obligea à réagir ; elle fit tournoyer le bâton avant de frapper le parquet avec. Une bulle de lumière, entrelacs de runes et de cercles, commença à se former autour du lit d’Idris. Quand enfin le dôme se referma, une douce chaleur commença à se répandre dans la chambre et la sorcière cessa de s’agiter sous sa couette.
    
    — J’ai réussi à glacer un géant, à le statufier sur sa montagne avant de lui avaler son âme. Penses-tu que ce sort de protection suffira à la protéger. Que tu es naïve, sorcière morte, que tu es naïve ! Je me souviens de toi, du goût de ton âme, de ta chair. Je me souviens de ta puissance… Il en fallait pour que tes os se relèvent. Comment t’appelais-tu déjà ? Catherine ? Oui, c’est ça, Catherine… Catherine de Médicis !
    
    Ses poings se crispèrent sur le bâton de sorcellerie. Le démon jouait avec elle et tant qu’il ne se montrerait pas, Georges n’aurait aucun moyen de l’arrêter. Une idée germa alors dans son esprit : équipée de l’arme ésotérique d’Idris et de son grimoire, George redescendit au rez-de-chaussée.
    Une fiche couche de neige recouvrait le sol et scintillait dans la lueur bleutée de la nuit. Des pics de glace, suspendus au plafond, menaçaient de se briser et de se fracasser mais Georges avançait avec détermination, insensible à l’avertissement gelé de la Mort Blanche : elle prendrait sa revanche sur cette créature démoniaque.
    Un rapide coup d’œil à l’oiseau dans sa cage la rassura ; la boule de plume s’ébouriffait à chaque respiration. Campbell avait donc survécu, de quoi lui donner du baume au cœur qu’elle ne possédait plus.
    La squelettière tira le tabouret au velours troué du piano et s’installa devant. Elle souleva le capot du clavier et, après, ouvrit le grimoire à la bonne page. Combien de sortilèges avait-elle écrit pour tenter d’aider Idris ? Combien de pages avait-elle noirci ? Georges ne comptait plus et l’ignorance de la sorcière l’affligeait : elle voyait son grimoire se remplir mais ne s’en étonnait jamais, comme si la situation était parfaitement normale. Assistée !
    Les feuilles jaunes de l’ouvrage fleuraient bon l’encre moisie. L’odeur particulière d’un sort réussi… Il lui faudrait bien sûr un miroir : celui accrochée contre le mur, le grand ourlé d’argent, brisé par endroit, suffirait amplement. Elle reconnaissait là la bonne facture vénitienne, nécessaire à la capture de démons.
    La Mort Blanche aimait les valses mortuaires, la musique ténébreuse, douce et brutale, jolie et inquiétante ; Georges craqua ses doigts, s’imagina fermer les yeux et… le bout de ses os donna les premières notes. Un rythme d’abord lent, lugubre puis accentué, de plus en plus rapide, mélange d’aigüe et de graves, associés à la perfection dans sa prestation musicale. La squelettière bougeait le menton, prise par l’inspiration et la frénésie ; la mélodie résonnait contre la glace, s’intensifiait dans le froid glacial et étincelant jusqu’à ce que…
    Les grognements, gutturaux, retentirent dans les recoins obscurs de la pièce. Ceux d’un animal, d’un loup, d’une vibrance affamée et malsaine. Georges se félicita : la créature, attirée par la litanie du piano, approchait. L’heure de la bataille avait sonné.
    
    

Texte publié par Jérôme M. Keller, 16 décembre 2018 à 10h13
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 2 Tome 1, Chapitre 2
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1280 histoires publiées
606 membres inscrits
Notre membre le plus récent est plumeconteur87
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés