Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 13 Tome 1, Chapitre 13

Se saisissant du téléphone, Kamu ouvrit la porte et sans même passer un manteau, traversa la cour vers le camping-car. De toute façon, elle ne prendrait pas froid. Pas tant qu'elle avait sa magie pour compagne.

Elle frappa à la porte blanche. C'était assez bizarre pour elle de toquer à la portière d'un véhicule, mais cela paraissait logique puisque ce véhicule servait aussi de logement. Normalement, il n'y avait pas le moindre doute sur le fait que Maxime et son ami devait être au courant de son arrivée. Alors qu'elle passait dans la cour, le projecteur s'était allumé, en détectant ses mouvements. Est-ce que Zeus le chat pouvait l'activer lui aussi ? C'était la question stupide qui lui était passé par la tête.

La porte s'ouvrit et la ramena à la réalité. La silhouette de Maxime se détacha. Il avait une guirlande argenté entre les mains. Sur le coup, elle se demanda ce qu'il pouvait bien faire avec, avant de se rappeler qu'à Noël, on décorait des arbres nommés sapin. Cela faisait trop longtemps qu'elle n'avait plus de famille, certaines choses lui paraissaient surprenant alors qu'elle était juste normal.

-Eva, qu'est-ce que tu fais là ? Rentre vite, tu vas prendre froid.

Cela aurait été vrai si elle n'était pas mage, mais cela, elle ne pouvait lui dire. Elle consentit donc à grimper dans le camping-car, et il referma derrière elle.

-Ben, regarde qui nous rend visite !

Kamu se sentit soudain mal à l'aise. Il comprenait bien que sa présence pouvait gêner l'étudiant. Cependant, celui-ci se contenta de lui faire un petit signe de la tête.

-On faisait une touche de déco, pour arranger le camping-car à la sauce Noël. Par contre, ne le dit pas à Estella. Elle va encore trouver ça moche. Enfin l'essentiel, c'est que ça nous plaise à nous pas vrai ?

-Bien sûr. Mais rassure-toi, je ne dirais rien. De toute façon, cette fille ne m'apprécie pas.

-Ha bon ? Pourquoi ? Tu dois te faire des idées. Elle est spéciale, c'est tout.

Kamu préféra taire le comportement de Lucas qui ne devait pas jouer en sa faveur.

-Enfin bon. Qu'en penses-tu ?

La mage ne put s'empêcher de sourire, les étudiants avaient scotché une guirlande électrique sur le report de la table, et collé des petites étoiles phosphorescentes sur le mur. Cela avait un côté enfantin qui rendait la chose mignonne. Elle ne pouvait qu'approuver.

-Et regarde, on a un sapin !

Il lui désigna un petit objet en plastique qu'on avait enfoncé dans un pot de fleurs pour faire croire à une vrai plante. Personne n'était dupe pourtant.

-J'allais le décorer, expliqua Maxime, en désignant ce qu'il tenait entre les mains.

-Tu dois beaucoup aimer Noël !

C'était touchant de le voir se démener avec peu de choses.

-Oui, mais je n'avais rien pour décorer le camping-car. Heureusement, cousin François était là. Il m'a donné ce carton de vieilles décos, pour voir si j'y trouvais mon bonheur. Y a plein de trucs là-dedans ! Dont cette magnifique guirlande électrique !

-Qu'on a pas encore testé, souffla Ben.

-Profitons-en puisqu'Eva est là. Si ça marche, je vous prends en photo avec.

-Pas besoin d'en arriver là….

Kamu se sentait gênée. Après tout, elle ne faisait pas partie de cette famille. Elle n'était que la pièce rapportée par Nils, et cette pièce n'était même pas vrai. Il ne l'aurait jamais amené ici, s'il n'y avait pas eu la mission. Tout, comme il n'aurait jamais fêté Noël avec elle, dans d'autres conditions. Elle n'en avait que trop conscience.

-Mais si, tu fais partie de la famille à présent.

Maxime avait l'air tellement sûr de lui, et déterminé qu'elle n'osa pas le contredire.

-D'accord, acquiesça-t-elle.

Ben appuya sur l'interrupteur et les lumières colorées se mirent à clignoter. Au moins l'objet marchait toujours.

-Formidable ! Eva va te mettre à côté de Ben.

Elle hésita, mais rejoignit tout de même l'étudiant.

-Faites un sourire, c'est pour l'album de Noël.

Kamu se sentit sourire malgré elle. A croire qu'elle se sentait enfin acceptée, enfin en sécurité au près d'une famille.

Il y eut un flash lumineux, et Maxime contempla la photo.

-Pas mal ! Vous en pensez quoi ?

-Y a pire, déclara Ben, beaucoup moins enthousiaste que son ami.

-Eva donne moi ton numéro que je t'envoie la photo. Tu pourras la mettre dans ton album. Cette année, je vais faire un tas de photos et je ne garderais que les plus jolies !

Brusquement, Kamu se souvint de la raison de sa présence.

-Maxime, je suis venue t'amener le téléphone. Nils m'a dit que tu devais appeler ta grand-mère.

Aussitôt, le jeune homme s'activa.

-C'est vrai ça !

Il jeta un coup d'oeil à l'heure.

-Je ferais mieux de me dépêcher. Je reviens. Ben donne un truc à boire à Eva.

Sans attendre de réponse, il quitta le véhicule. Kamu se retrouva seule avec l'étranger, elle prit la parole.

-Désolée, je ne voulais pas te mettre plus mal à l'aise, en revenant. Mais il valait mieux que cela soit moi plutôt que Nils.

L'autre fit une grimace qui lui paru, assez parlante. Il se leva néanmoins, et se saisit d'un verre.

-Ca ira. Tu veux boire quoi ?

Il ouvrit un petit frigo.

-Un thé glacé, ça te va ?

-Ne te fais pas de soucis pour moi.

Il sortit quand même la bouteille.

-C'est à la mangue.

-Ca m'ira.

Il acquiesça et servit la boisson, avant de lui tendre le tout.

Ben recula pour l’inciter à s’asseoir, et bouscula le sapin par la même occasion. L'objet vacilla dangereusement, avant qu'il ne le rattrape.

-Manque de place et sapin de Noël ne font pas bon ménage, déclara-t-il.

-Pourquoi décorer le camping-car, en même temps ? Y a déjà un sapin à l'intérieur.

L'autre soupira.

-C'est une lubie de Maxime. Il veut absolument faire son album de Noël et veut y participer du mieux qu'il peut. Du coup, ça veut dire décorer lui-même. Moi, je ne fais qu'aider.

-Je n'ai pas d'album de Noël, murmura Kamu. Je ne savais même pas que ça existait.

-C'est juste un album photos avec celle de Noël. J'en ai pas non plus. C'était pas le genre de ma famille. Ca doit pas être le genre de la tienne non plus.

La mage ne dit rien. Elle passa sous silence le fait qu'elle n'avait plus de famille.

-Tous les ans, je prends une photo de moi à mon anniversaire et je la colle dans un carnet.

-C'est pas une mauvaise idée, comme ça, tu gardes un bon souvenir chaque année.

Elle ne dit rien. Elle préféra passer sous silence le fait qu'elle prenait une photo d'elle seule avec une bougie sur une pâtisserie. Une photo qu'elle prenait toujours devant le miroir, pour garder un lien avec son double, ainsi elle avait l'impression qu'ils étaient deux à jamais. Que ce n'était pas seulement son anniversaire à elle, mais aussi le sien.

Quatre pauvres photos pour quatre pauvres anniversaires… Cela de cette année ne promettait aucun changement à la base… Quoique Florentina l'avait invité à déjeuner ensemble. Leurs deux anniversaires étaient proches. Peut-être pourrait-elle prendre une photo à ce moment-là, pour la coller dans le carnet ? L'idée lui plu. Il faudrait demander à son amie.

-Tu peux voir l'évolution des gâteaux aussi… Maxime s'est mis dans la tête de faire un gâteau pour le mien. Ca partait d'un bon sentiment, mais il s'est lancé sans aucune recette, ça a donné une brique cramée qu'il a essayé de glacer avec du chocolat. Seulement, comme il avait pas de sucre glace, il a mis du sucre en poudre qui n'a pas fondu, ça craquer sous la dent. Il aurait peut-être fallu le prendre en photo ce gâteau. Histoire de ne jamais oublier ce carnage.

L'histoire fit sourire Kamu.

-Je ne sais pas me servir du four, murmura-t-elle. Une fois, j'ai fait réchauffer une brique de soupe avec la magie tellement j'en avais assez que rien ne marque comme je le voulais…

Son interlocuteur fronça les sourcils.

-C'est possible de faire ça ?

-Tu augmentes la température de tes mains autour du bol, et ça réchauffe le contenant et son contenu.

-C'est quand même plus simple au micro-onde, non ?

-Ca explose et ça en met partout.

-Avec une plaque électrique ?

-Si tu l'oublies, ça colle au fond.

Ben ne put que se retenir de rire. Kamu détourna le regard. C'était tellement risible, elle en avait conscience.

-C'est pas mon fait le plus glorieux, avoua-t-elle.

Au moins, elle avait la décence de le reconnaître.

-Je ne cuisine pas, parce que je n'ai pas envie de le faire. Comme je vis seule, ça ne me pose pas de problème, soupira-t-elle.

Le souvenir de la belle-mère de Nils perdue dans la cuisine lui revint en mémoire. Aurait-elle été comme ça ? Sûrement non, déjà, elle n'aurait pas tenté de faire un repas si elle pouvait y échapper. Après, Kamu aurait demandé de l'aide. Le brun avait l'air de se débrouiller, il serait peut-être venu à son secours, si elle le lui avait demandé.

-Le repas aura du retard. Mais je pense que tu t'en doutais.

-Euh… C'est la première fois que je viens ici, donc je ne sais pas trop à quelle heure on mange…

Kamu reposa le vert vide sur la table.

-Alors, c'est comme moi. Mais d'habitude, ce n'est pas comme ça. Nils et son père tentent de rattraper le dîner.

L'autre resta silencieux quelques instants.

-Va-t-il mettre du poison dans mon assiette ?

Cette phrase eut le mérite de faire sourire la mage, elle était contente de voir Ben se détendre un peu, en sa compagnie.

-Bien sûr que non. Ca nous ferait du travail en plus avec l'enquête.

-Évidemment… Je n'y avais pas pensé.

Kamu lui fit un sourire encourageant.

-Ne t'en fais pas. Il est déjà passé à autre chose. Tu ne risques plus rien.

Il fit la grimace.

-Et s'il revenait sur sa parole ?

-C'est pas son genre. En plus, là, se serait revenir sur ma parole. Je m'occupe de lui. Ne t'en fais pas.

L'autre hocha la tête peu convaincu.

La porte du camping-car s'ouvrit sur un Maxime frigorifié.

-La température a encore baissé. Il va sûrement geler cette nuit.

Il avisa Kamu qui n'avait rien sur le dos.

-Tu vas pas traverser la cour comme ça. Je vais te prêter un manteau.

-Ca ira, pas besoin de s'embêter.

Il secoua la tête.

-Il ne faudrait pas que tu tombes malade.

-Je n'ai que quelques pas à faire.

Maxime ne lâcha pas l'affaire.

-C'est pas une proposition qu'on peut discuter.

Kamu ne pouvait pas lui dire qu'elle ne ressentait pas le froid grâce à sa magie, et finit par acquiescer. La voyant faire, il eut un grand sourire.

-Ma grand-mère va bien. J'irais la voir pour le nouvel an. Ben vient avec moi, bien sûr. Hein Ben ?

-A moins que tu veuilles m'abandonner sur un bout de trottoir sinon je te suis.

-Pff ! Comme si c'était possible que je fasse ça.

Se rendant compte qu'il tenait toujours le téléphone à la main, il le rendit à Kamu, qui le remercia.

-Le repas sera en retard, prévint-elle.

Maxime frappa dans ses mains.

-Génial, ça nous laisse le temps de finir la déco. Tu veux nous aider Eva ?

L'espace d'un instant, elle hésita, mais se sentit de trop.

-Non, il vaut mieux que je retourne à l'intérieur. Je vais voir si Nils n'a pas besoin de moi.

L'étudiant reprit.

-Il fait quoi ? Il peut venir nous donner un coup de main aussi.

-Il s'occupe du repas avec son père.

-C'est repas maison cette année ?! C'est vraiment une bonne année.

Kamu fronça les sourcils étonnée.

-Vraiment ?

-Bien sûr ! Nils est là ! Tu es là ! Ben est là ! En plus, c'est un repas maison. Il ne manque plus que Daniella et on sera au complet. Je vais faire plein de photos pour l'album. Ca sera vraiment un bel album.

Son enthousiasme était si communicatif que cela en devait étrange. Pour peu, Kamu l'aurait bien testé voir s'il était une nouvelle sorte de mage, le genre empâte qui communiqué sa joie de vivre à tout le monde.

-Hé mais, je pourrais faire des photos du repas ! Trop bien, je vais prendre chaque assiette en photo, ça fera un beau souvenir. J'écrirais le menu sur un papier et je le collerais en face de la photo. Le rendu sera bien, j'en suis sûr.

Alors que Maxime s'agitait, Ben le contemplait avec un petit sourire amusé et sans dire un mot. Ils avaient l'air de bien se compléter niveau caractère.

Cela ramena ses pensées vers Nils. Avait-il réussi à interroger son père ? Avait-il besoin d'elle ?

Elle ferait peut-être bien d'aller voir.

-Bon, je vous laisse. On vous appellera pour le repas.

Kamu disparus beaucoup plus vite qu'elle était venue. Ainsi, Maxime n'eut même pas le temps de lui proposer un manteau qu'elle était déjà à la porte de la maison. Disparaître en silence, elle savait parfaitement le faire, surtout lorsqu'elle voyait bien qu'elle était de trop.

Remettant le téléphone sur son socle, elle l'entendit faire un petit bruit caractéristique prouvant qu'il était en mode « charge ». Que faire à présent ? Elle entendit la voix de Nils dans la cuisine, accompagnée de celles de son frère et de sa sœur. Ce n'était sûrement pas le bon moment pour aller le voir.

Cependant, elle ne pouvait pas rester dans le couloir comme une idiote. L'espace d'un instant, elle eut envie de rejoindre la chambre de Nils pour s'y cacher. Mais elle se souvint qu'Anne-Laure avait filé à l'étage et elle n'avait aucune envie de la croiser.

Après hésitation, elle ouvrit la porte du salon, et entra. Une paire d'yeux se planta sur elle, et lui lança un regard noir. Kamu l'ignora. Elle devait avouer qu'elle avait presque oublié l’existence de cette femme. En même temps, pas étonnant qu'elle passe inaperçu, vu la tenue beige qu'elle portait.

La mage s'installa sur le canapé en cuir et fixa le sapin. Que pouvait-elle faire ? Elle n'avait même pas de livres. Si elle avait osé, elle en aurait emprunté un dans la bibliothèque. En jetant des regards à ce qui l'entourait, elle attira l'attention de l'autre.

-Incroyablement vaste, cette maison n'est-ce pas ? Vous ne devez pas avoir l'habitude.

-C'est une jolie maison, approuva Kamu.

Elle ne se voyait pas dire le contraire.

-Ca surprend toujours lorsqu'on a vécu toute sa vie dans un appartement, continua-t-elle.

-Vous vivez dans une maison ? demanda alors la mage.

L'autre paru décontenancer. Elle ne s'attendait sûrement pas à cette question. D'ailleurs, elle ne prit pas la peine de répondre, baissant les yeux sur un magazine de décoration, en serrant les lèvres. Elle en avait étalé plusieurs devant elle.

Curieuse Kamu s'approcha et tendit la main vers l'un d'entre eux.

-Ne touchez pas à ça. C'est à moi et c'est pour mon travail !

-Je voulais juste regarder.

-Mais est-ce que je viens regarder ce que vous faites pendant votre travail ? Non. Alors laissez-moi faire le mien.

-Vous pouvez venir, je vous accueillerais avec joie, plaisanta Kamu.

Son interlocutrice souffla énervée.

-Vous ne voulez pas vous taire, je suis occupée, moi.

La porte du salon s'ouvrit et laissa passer Lucas. Il s'arrêta surpris et son regard alla de sa femme à la mage. Il paraissait décontenancer. Brusquement, quelque chose attira son attention. Il s'approcha d'Estella.

-C'est quoi, ça ? demanda-t-il en désignant le chien sur le canapé.

-C'est Choupette !

-Non, je veux qu'est-ce que ce chien fait là ?!

-Il se repose.

Lucas se saisit de l'animal et le jeta par terre.

-Mais qu'est-ce que tu fais ?! Pourquoi tu as fais ça à cette pauvre bête ?!

-A quel moment, ça t'a semblait être une bonne idée de laisser le chien monter sur un canapé en cuir neuf ? Il va tout abîmer avec ses griffes.

Le visage de sa femme se ferma.

-C'est qu'un bébé !

-Il a des griffes oui ou non ? Si le canapé est abîmé et que ma mère fait un scandale, ça sera ta faute.

Elle souffla.

-Il n'a rien ce canapé.

Lucas s'assit à côté d'elle.

-Je l'espère sincèrement.

-Tu es méchant, maintenant, le pauvre Choupette est triste.

Plus que triste, le chien semblait se demander comment il s'était retrouvé là.

-Qu'il aille dans son panier. Est-ce qu'on lui pique nous ? Non. Alors…

Elle secoua la tête, en regardant son mari.

-Tu racontes vraiment n'importe quoi…

Sentant un regard sur elle, elle se tourna vers Kamu.

-Vous n'avez rien d'autres à faire ?

-Il faut croire que non.

-Et pourquoi vous n'allez pas voir votre…

Elle marque un temps d'arrêt, comme pour chercher ses mots.

-Compagnon ?

-Il est occupé à préparer le repas. Je doute qu'il est besoin de moi.

Kamu fit un grand sourire.

-Parlons plutôt ensemble.

Cela ne plu pas à Estella qui baissa les yeux sur son magazine.

-Que faites-vous dans la vie ?

L'autre soupira.

-Je suis décoratrice d'intérieurs et je tiens aussi un blog sur le monde de la décoration, rien qui n'intéresse quelqu'un comme vous.

Il y eut un petit silence.

-Et vous que faites vous dans la vie, lorsque vous n'êtes pas occupé à séduire les hommes des autres ?!

Cette remarque fit sourire Kamu, qui prit une petite voix innocente.

Lucas se saisit de l'un des magazines et décida de le feuilleter, dans l'espoir de se faire oublier.

-Évidemment cela prends beaucoup de temps, soupira-t-elle. Mais pourquoi se limiter aux hommes des autres ? Mieux vaut tous les cibler pour plus de résultats. Après, j'aime aussi acheter des vêtements sexy pour attirer tous les hommes. En général, ça leur plaît bien. Je devrais peut-être ouvrir un blog pour poster mes idées de tenues…

Estella lui lança un regard noir. Il était clair qu'elle n'appréciait pas son humour.

-Ha oui et ça s'appellerait « comment devenir une pute ».

-Ho, quel dommage, ce nom est déjà pris. Sinon je suis sûr que j'aurais fait un carton sur le net.

Un rire se fit entendre alors que Lucas portait le magazine devant son visage.

-Qu'est-ce que tu as à rire, toi ? gronda sa femme, en saisissant la revue. Ca t'amuse.

-Non.

Il eut pourtant du mal à garder son calme, et explosa de rire.

-Je pourrais peut-être vous donnez des conseils vestimentaires. On croirait que vous vous êtes habillez dans l’armoire de votre grand-mère.

-Ce sont des pièces indémodables, rugit Estella.

-Je dois avoir des vêtements pour votre corpulence. Je me suis trompée en les achetant. J'ai pris une ou deux tailles au-dessus de la mienne. Je vous les donnerai si vous voulez.

-Comme si j'allais porter une tenue comme la vôtre. Il faut vraiment n'avoir honte de rien.

Kamu sourit.

-Pourquoi aurais-je honte de quelque chose ? J'ai un corps de rêve et j'assume. Je ne vais pas me cacher ou m'habiller comme une vieille, pour faire plaisir aux autres.

Estella ramassa en vitesse ses magazines et son bloc-note, avant de se lever.

-Vous n'êtes qu'une garce stupide ! Vous croyez qu'il va rester avec vous ?! Bientôt, il en aura trouvé une autre et vous pleurez toutes les larmes de votre corps et ça sera bien fait !

La mage regarda son interlocutrice. Elle paraissait si satisfaite de dire ces méchancetés que s'en était presque effrayant. Heureusement que Kamu ne faisait pas grand cas de son avis.

-Mais il y a d'autres hommes…

Elle planta son regard sur Lucas, lui assénant le coup de grâce. C'était cruelle et elle le savait bien, mais cette femme l'avait cherché en la jugeant sans même la connaître.

-Allez vous faire voir…

Estella quitta la pièce, alors que sa voix s'était fait descendante. Elle était plus marquée qu'elle ne voulait l'avouer.

Lucas la laissa partir avec un soupir. Il ne fit pas un mouvement pour aller voir où elle s'était réfugiée.

Kamu lui fit un signe de tête pour l’inciter à la suivre.

-Quand elle en aura marre, elle reviendra. Je bouge pas, sinon ça sera ma faute.

La mage haussa les épaules. Est-ce que Nils l'aurait suivi pour la retrouver, elle ? En tout cas, elle le souhaitait de tout son coeur.

-Un blog de tenue sexy, c'était vrai ou c'était juste pour la faire enrager ?

Évidemment, c'était la seule info qu'il avait retenue.

-Pourquoi ça serait faux ? Je suis quand même mieux habillée qu'elle ?

Il la fixa de bas en haut, détaillant chaque parcelle de son corps. Pour peu, il l'aurait fait rougir, mais pas de plaisir. Il était vraiment lassant. Il aurait mieux fait de s'occuper de sa femme plutôt que d'elle.

-Tu as d'autres tenues à me montrer ?

C'était vraiment à ça qu'il pensait en cet instant. Il méritait des claques.

-Dans mon portable, mais je ne l'ai pas sur moi…

C'était vrai, il était resté dans son sac.

-Tu veux que j'aille le chercher ?

Ce type était un vrai boulet. Elle, ce qu'elle voulait, c'était qu'il aille faire un tour loin, très loin d'elle.

-Si ça te fait plaisir.

Il se leva et quitta la pièce, avant de revenir penaud.

-Euh, il est où ?

-Avec les manteaux.

Lucas repartit. Quelques instants plus tard, il était de retour.

-C'est lequel ?

Kamu soupira, se leva à son tour, et le regarda dans les yeux.

-Désolée. Ton temps est écoulé.

-Hein, comment ça ?

-J'ai changé d'avis. J'ai plus envie de te montrer.

Il resta bouche bée.

-Quoi ?! Mais…

-Retente ta chance ultérieurement.

Elle poussa la porte de la cuisine, pour retrouver Nils et le laissa plantée là, avec l'air bête. Que croyait-il ?

Kamu sourit, elle devait avouer que ça avait été marrant de le voir courir comme ça. Elle était vraiment méchante avec lui, mais il l'énervait.


Texte publié par Nascana, 28 février 2019 à 14h54
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 13 Tome 1, Chapitre 13
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1964 histoires publiées
867 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Lyssandre
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés