Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Epilogue Tome 1, Epilogue
Lily leva les yeux vers la banque Gringotts, haut bâtiment pâle dressé devant elle. De nombreuses plaies béantes parsemaient son corps de trous noircis et vides. Toutefois, les chutes de pierres avaient déjà été dégagées. La situation était revenue au calme à peine quelques jours plus tôt, mais les Londoniens s’affairaient déjà à la reconstruction de la partie magique de la ville. Car heureusement, seul le quartier magique avait été sévèrement touché – les impacts de cette affaire sur le monde des Moldus avaient été minimes, et peu de sorts d’oubli avaient ainsi été nécessaires. Le Chemin de Traverse avait été l’un des endroits les plus sévèrement touchés par l’âpreté des combats, et Gringotts en était le parfait exemple. Mais tout cela était derrière eux, désormais. En repensant aux événements récents, elle sourit avec soulagement.
    Tout cela avait été si rapide – quelques semaines à peine avaient suffi pour que tout s’achève. Ils n’étaient pas passés loin de la catastrophe. D’abord seules contre tous, excepté les jumeaux qui avaient été d’un réel soutien pour les deux femmes, durant le peu de temps qui leur restait suite au vol du Calice, elles avaient heureusement pu compter sur l’appui des informations fournies par l’université de Singapour. Même si au début, Lily s’était montré quelque peu sceptique vis-à-vis de certains points, notamment de l’existence des Nargoles, les jours qui avaient suivi sa décision furent décisifs, et la firent totalement accepter cette idée, alors qu’elle l’avait jusqu’à présent considérée comme impensable. Scorpius s’était rapidement joint au duo après sa sortie de l’infirmerie, même s’il ne croyait toujours pas à un mot de Luna, mais les choses avaient déjà rapidement évolué entre temps. Et surtout, elles s’étaient beaucoup détériorées.
    Heureusement pour eux tous, le lancement du sort lui-même avait pris beaucoup de temps, et c’était ce qui les avait sauvés – ça, et toutes les informations qu’avait pu réunir Luna, sans lesquelles Lily n’aurait rien pu faire. Appuyées de ses notes et des quelques connaissances de Lily sur les Runes – ce qui l’avait pas mal aidé, il fallait l’avouer, même si c’était tout de même relativement bien différent des Sceaux – elles étaient finalement parvenues à récupérer le Calice. Après cela, les choses avaient été un peu plus faciles – tout du moins, comme le sort était provisoirement interrompu, cela avait retiré un énorme poids qui pesait sur leurs têtes. Et finalement, elles avaient réussi à l’annuler complètement, et même à détruire quelques-uns des Objets, avec l’aide d’autres sorciers.
    Car oui, la société sorcière avait dû se rendre à l’évidence face au problème grave auquel ils étaient confrontés, et avait fini par se joindre à eux. Mais il avait fallu attendre de graves répercussions sur la ville de Londres pour que les autres admettent que les événements allaient dans le sens de leurs dires – et même là, ils niaient toujours l’existence des Nargoles et leur implication dans cette affaire. Il leur avait fallu encore un moment pour cela. Mais au moins avaient-ils alors pu bénéficier de leur aide.
    Mais tout ce déni ne leur avait pas facilité la tâche, et avait eu un prix.
    Elle entendit fulminer à côté d’elle et se tourna alors vers son ami Scorpius qui fusillait quelque chose du regard, puis elle se tourna vers la chose en question. Elle soupira lorsqu’elle aperçut ce que c’était. Ou plutôt qui ils étaient : son père et Hermione. Ils se tenaient à quelques mètres d’eux, les mains entrelacées, souriants, entourés de quelques amis. Elle fronça les sourcils mais préféra ne rien dire, priant juste pour qu’il en restât là. Mais c’était trop lui demander.
    - Tu imagines s’ils font des enfants ?
    - Pardon ?
    Lily lui jeta un regard éperdu, ne comprenant pas où il voulait en venir – enfin, surtout pourquoi il lui disait ça. Son ami n’y fit pas attention et continua, reportant son regard vers la source de ses inquiétudes :
    - Ça leur fait quoi déjà, quarante-et-un ans ? Quarante-deux ? Ils peuvent encore après tout !
    - Ne me dis que tu t’inquiètes juste pour ça ?! s’indigna Lily, alors que ses dernières pensées concernaient les derniers événements qu’ils avaient vécus.
    A côté, cela paraissait juste risible. En plus, ils venaient à peine de se mettre ensemble.
    Mais pas pour Scorpius. Et elle devinait pourquoi ; elle l’interrompit alors qu’il venait à peine d’ouvrir la bouche, adoptant malgré elle un ton quelque peu exaspéré :
    - Oui, je sais, ce serait le demi-frère ou la demi-sœur de Rose également !
     Il n’avait pas l’air de vouloir comprendre que le problème n’était pas vraiment là, en réalité – c’était juste qu’elle le détestait. Mais bon, elle l’avait déjà assez répété comme ça, non ?
    Elle préféra donc changer de sujet, et balaya les alentours du regard. Elle grimaça en voyant si peu de monde dans la rue – connu ou non. Les gens n’oseraient pas revenir comme à leur habitude sur le Chemin de Traverse avant un petit moment.
    - On fait partie des premiers arrivés, en fait ! fit-elle sur le ton du constat.
    - En même temps, on est arrivés tôt, répondit-il en reprenant ses œillades sombres à l’adresse des deux adultes.
    Mais cette fois, Lily décida d’ignorer sa mauvaise humeur et ce sujet et poursuivit sur sa lancée, la mine déconfite :
    - J’aurais pensé que tout le monde viendrait plus tôt. Après tout, c’est la première fois qu’on se retrouve après notre victoire. Même Hermione est là, pourtant elle est Ministre de la Magie !
    - Ouais, bah elle a dû oublier…, glissa Scorpius, cynique, faisant allusion à la raison pour laquelle elle aurait été distraite de son poste.
    Lily leva les yeux au ciel, et souffla, agacée :
    - Scorp’, tu es incorrigible ! Et je te signale, espèce d’idiot, que ton père est accessoirement Directeur de la Justice Magique, et qu’il est également présent !
    Cet argument ne perturba pas le moins du monde son homologue, mais eut vraisemblablement le mérite de faire cesser ses plaintes. Il arbora tout de même une petite moue boudeuse, mais n’alla pas plus loin.
    - Au fait, pourquoi tes parents ne sont pas encore là ?
    Lily haussa les épaules avec indifférence.
    - Ils vont bientôt arriver. Je n’ai pas réellement écouté, je crois que mon père voulait passer à son bureau pour quelque chose.
    Scorpius hocha la tête mais ne répondit pas, et lâcha enfin le couple des yeux pour scruter à son tour les personnes présentes. Quelques connaissances étaient déjà sur les lieux, mais beaucoup manquaient encore à l’appel. Pour ceux qui pouvaient venir.
    Soudain, plusieurs personnes apparurent sur le Chemin de Traverse, dont la grande famille Weasley au complet – ou presque, Scorpius n’était pas sûr, ils étaient si nombreux ces gens-là…
    Et puis de toute façon, une seule personne intéressait réellement Scorpius parmi eux. Tandis que tous se dirigeaient vers Draco et Hermione et entamaient une discussion avec eux, il se mit à sourire, et l’appela :
    - Rose !
    La jeune rouquine se tourna vers eux, pour lancer un regard vaguement agacé vers le jeune homme avant de reporter son attention vers sa famille. Malgré tout, Scorpius conserva son air de bienheureux que Lily jugea niaiseux.
    - Bel essai, fit sobrement Lily, un sourcil haussé.
    Scorpius ne répliqua pas, bien trop concentré sur l’autre rousse.
    - N’empêche, tu as rapidement oublié vos parents en train de –
    Mais il ne l’écoutait définitivement plus, et la coupa même avec enthousiasme :
    - Elle finira bien par s’en rendre compte !
    - Se rendre compte de quoi ?
    Mais il ne dit pas davantage et s’avança alors vers le groupe qui s’agrandissait avec l’arrivée des Londubat et des Finnegan. Lily secoua la tête, amusée cette fois-ci.
    Elle fut légèrement surprise lorsqu’elle vit de loin Scorpius entamer une discussion avec Rose, qui ne semblait pas le rejeter d’office. Mais cette impression fut brève et reléguée rapidement loin dans un coin de son cerveau, tandis que d’autres plops s’élevaient près d’elle.
    Quelques autres personnes arrivèrent encore par la suite, dont sa famille, mais Lily ne se joignit pas à la discussion, préférant attendre. Elle attendait quelqu’un. Plusieurs personnes, en réalité, mais surtout une en particulier.
    Après quelques minutes, le groupe ainsi formé commença sa lente progression vers ce qu’ils considéraient désormais comme leur bar, celui où ils avaient décidé de se rejoindre. Elle ne savait pas pourquoi leurs parents avaient décrété que ce serait celui-là, mais elle n’en avait pas non plus cherché la raison, qui ne l’intriguait même pas. Ils n’étaient toujours pas là. Elle jeta des coups d’œil autour d’eux en leur emboitant le pas avec lenteur. Mais elle ne les apercevait toujours pas.
    - Tu cherches Luna, n’est-ce pas ?
    Lily sursauta et faillit trébucher lorsqu’elle s’arrêta, pour se retourner vers la personne qui l’avait ainsi interpellée. Albus. Il s’était arrêté lui aussi, et la regardait avec douceur. Elle ne put que lui rendre son léger sourire.
    - Oui, murmura-t-elle finalement, la gorge un peu serrée.
    Elle n’aurait jamais cru cela, mais les événements les avaient considérablement rapprochées toutes les deux. Elle l’avait toujours appréciée, même avant tout cela, mais c’était différent. Après tout ce qu’elles avaient vécu et partagé ensemble depuis, tout était différent.
    Elle ne vit pas son frère hocher légèrement la tête à sa réponse, ni son regard compréhensif se poser sur elle. Elle entendit à peine sa voix s’élever près d’elle, la faisant sortir de ses songes par la même occasion :
    - Elle va venir, tu sais. Ils vont tous venir.
    Lily se sentit incapable d’articuler une réponse intelligible. Elle préféra donc se contenter d’un signe de tête.
    Quelques secondes après, la façade du bar se dressa devant eux. Elle aussi avait connu quelques revers suite à la bataille, mais il n’en restait presque plus de traces – seule la peinture se devait d’être rafraichie. L’entrée, étroite, ne permettait que le passage d’une personne à la fois. Le frère et la sœur s’arrêtèrent donc à quelques pas de là, en plein milieu de la rue, pour céder le passage aux autres. Lily avait beau cherché, elle ne parvenait pas à apercevoir la tête blonde de son ami parmi eux – seulement celle de son père.
    Le silence se prolongea une minute ou deux avant qu’ils ne s’avancent à leur tour. Sans qu’elle n’en comprit la raison, Albus la précéda avec un petit sourire taquin, mais elle n’insista pas, indifférente, et le suivit. Et tandis qu’elle entrait, le regard fixé sur le reste du groupe occupé à accoler plusieurs tables avec l’aide d’un serveur, chose pas évidente du fait du peu d’espace qu’offrait la pièce, et à s’y installer, elle sentit quelqu’un tapoter légèrement son épaule. Elle sursauta et se retourna. Lysandre lui fit aussitôt face avec un léger sourire en coin. Elle sentit ses joues rosir, et préféra s’exclamer pour masquer son trouble :
    - Lysandre !
    - Hey, répondit ce dernier en plissant les yeux. Tu devrais avancer, lui fit-il ensuite remarquer en s’apercevant qu’ils bloquaient tous deux le passage – elle en fait, vu qu’elle-même le bloquait.
    - Oh ! Oui.
    Elle recula, et ne sut pas quoi ajouter d’autre. Au final, elle pencha la tête et aperçut le reste de la famille Dragonneau. Dont Luna.
    Cette dernière avait bien meilleure mine depuis la dernière fois qu’elle l’avait vue. Elle-même espérait ne jamais la revoir dans l’état dans lequel elle avait été lorsqu’ils avaient enfin réussi à contrer le plan des Nargoles : gravement blessée, le teint blafard presque blanc, une quantité pharamineuse de sang ayant déjà quitté son corps. Tous avaient bien cru qu’elle y resterait. Mais heureusement, elle avait survécu, grâce à la rapidité de son père, qui l’avait transportée à Sainte Mangouste, et au professionnalisme et à l’expérience des médicomages.
    Cependant, les séquelles de ce grave incident étaient bien visibles : son teint déjà pâle l’était plus qu’à son habitude, de profondes cernes formaient des poches sous ses yeux, et sa faiblesse était évidente. Rolf se tenait juste à côté d’elle, un bras autour de sa taille, la soutenant au besoin – et c’était visiblement déjà le cas. Derrière eux, Lorcan fermait la marche.
    - Luna ! Je suis heureuse de te voir ! Tu as pu quitter Sainte Mangouste ?
    - J’ai eu une permission, corrigea cette dernière, étirant ses lèvres en un maigre sourire.
    Ils rejoignirent la tablée et s’installèrent à leur tour. Lily se glissa à côté de Scorpius, qui lui avait gardé une place. Elle nota toutefois que Rose s’était placée de sorte à être assez loin de lui. Par contre, Draco et Hermione assumaient désormais pleinement leur relation. Cela la fit sourire. C’était déjà ça de pris.
    Tous notèrent bien évidemment la présence de Luna malgré son teint livide, et plusieurs exprimèrent une vive inquiétude pour sa santé, qu’elle balaya aussitôt d’un sourire et de son habituel air rêveur.
    Les commandes furent passées – l’alcool étant bien évidemment banni des options pour les plus jeunes, au grand désespoir de certains –, et les discussions allèrent bon train. Jusqu’à ce qu’Hermione, qui fixait Luna avec insistance depuis quelques minutes déjà, ne dise soudain :
    - Je suis désolée.
    Ces simples mots furent entendus de tous malgré le ton assez bas qui avait été adopté, et ils firent leur effet ; le silence s’installa dans le groupe. Tous se tournèrent vers elle pour la regarder, interrogateurs, dont Luna. Ce n’était pas le fait qu’elle s’excuse en soi qui était surprenant, mais plutôt : pourquoi ?
    Luna se posait la question comme tous les autres, et, l’air égaré, elle lâcha finalement :
    - De quoi ?
    Hermione se mordit la lèvre inférieure, baissa la tête quelques secondes avant de la relever, sous l’incompréhension générale. Hermione Granger était reconnue pour être quelqu’un de forte et d’assurée. Cette indécision, et cette gêne qui transparaissait dans ses traits, les étonnaient. La Ministre s’en rendit bien compte et prit quelques secondes avant d’expliciter ses propos :
    - De ne pas t’avoir crue plus tôt.
    Tous comprirent aussitôt l’allusion, et se raidirent en s’assombrissant. Hermione n’était pas la seule à devoir s’excuser à ce sujet. Personne ne l’avait jamais cru jusqu’à ce que les événements leur démontrent le contraire et ne dégénèrent. Excepté Lily, même si elle ne l’avait pas cru au début, et ses fils.
    Luna cligna des yeux. Lily sourit et tourna un visage rayonnant vers celle-ci. Mais Luna ne le vit pas, fixant toujours le visage fermé et désolé d’Hermione avec perplexité. Plusieurs sentiments contradictoires se mêlaient en elle, et elle ne parvenait à mettre le doigt sur aucune d’entre elles. En vérité, elle ne réussissait même pas à réfléchir un tant soit peu.
    Hermione toussota pour reprendre contenance tandis que les autres, sombres, se replongeaient dans leurs souvenirs et leurs regrets. Elle reprit, d’une voix d’abord un peu faible mais qu’elle maintint forte :
    - Si nous t’avions cru plus tôt, jamais cette histoire n’aurait été aussi loin. Tu avais raison depuis le début. Et nous… Nous n’avons… Nous n’avons jamais considéré ce que tu disais comme ne serait-ce qu’une éventualité. Je veux dire… depuis toutes ces années où tu nous parles des Nargoles, à aucun moment nous nous étions doutés de leur existence – de leur véritable existence !
    - Hermione…, souffla Luna, émue, ses mains devenant blanches tandis qu’elle serrait les pans de sa robe jaune.
    - Soyons sincères, poursuivit cette dernière, tandis que les autres adultes, ses anciens camarades, préféraient rester muets et fixer leurs verres, pensifs : nous t’avons toujours prise pour une folle, avec ces histoires de Nargoles, de Joncheruines et du reste. Cela t’avait même valu le surnom de Loufoca Lovegood ! ricana-t-elle finalement, mais ce n’était par humour – ce n’était que du dépit.
    Leurs anciens camarades de Poudlard ne réagirent pas davantage, si ce n’était pour s’enfoncer un peu plus dans leurs sièges – parce que c’était vrai. C’était tellement vrai, et ils se sentaient tellement coupables aujourd’hui.
    Luna déglutit. Elle s’en rappelait parfaitement. Elle s’en rappelait, mais elle ne leur en voulait pas – pourquoi leur en aurait-elle voulu ? Cela ne l’avait jamais atteinte par le passé. Après tout, qu’est-ce qui les auraient forcés à la croire, à l’époque ? C’était juste dommage qu’ils ne l’aient pas davantage cru il y avait quelques semaines de cela, cette histoire n’aurait alors pas été aussi loin. Mais elle ne pouvait pas leur en vouloir. Elle-même croirait-elle quelqu’un sur parole s’il lui parlait d’une créature qu’elle était incapable de voir, de percevoir, de sentir ?
    … Peut-être que si, en réalité. Mais c’était dans sa nature de s’interroger à ce sujet, d’avoir la capacité de croire même sans preuve. Elle savait que c’était le cas de peu de monde.
    Hermione semblait vouloir mettre des mots sur toutes ces pensées qui l’agitaient et les énoncer à haute voix – sans doute était-ce lié au remords qui l’habitait désormais –, car elle ne s’arrêta pas là.
    - Je suis désolée, répéta-t-elle. Ce-Tout ça, ça n’aurait jamais dû arriver. Tu n’aurais jamais dû être blessée. Il –
    Soudain elle s’interrompit, mais tous comprirent la suite. Il n’y aurait jamais dû y avoir de morts. Car même s’ils n’avaient pas été nombreux, et qu’ils s’en étaient plutôt bien sortis au final, elles auraient pu être évitées.
    De là où elle était, Luna ne vit pas Hermione serrer les poings sur ses genoux mais le devina parfaitement. Finalement, ne sachant plus quoi dire d’autre, la brune répéta d’une voix plus faible :
    - Je suis désolée…
    Luna tourna son regard vers les autres et s’aperçut que, même s’ils ne le disaient pas de vive voix, leurs visages parlaient pour eux et s’accordaient avec les propos de leur amie – et finalement, les uns après les autres, ils s’excusèrent à leur tour, mais n’ajoutèrent rien de plus – Hermione avait déjà tout dit. La sensation qui saisit alors l’épouse Dragonneau était étrange : elle était à la fois heureuse, heureuse qu’ils reconnaissent enfin ce qu’elle ne cessait de dire depuis des années, et en même temps, la culpabilité qui transpirait d’eux lui serrait le cœur et la désolait.
    - Vous n’avez pas à l’être…, chuchota-t-elle finalement, mais l’endroit était suffisamment calme pour que tous l’entendissent.
    Ils ne réagirent pas à sa phrase, mais leurs mines sceptiques semblaient douter de ses propos. Luna se tut, ne sachant que dire d’autre. Finalement, son regard se posa sur ses jumeaux, qui lui sourirent distraitement, puis sur Lily, qui la fixait avec douceur. Un sentiment de quiétude l’envahit soudain – et même s’il n’oblitérait pas la douleur languissante qui engourdissait son corps, elle-même l’oublia bien vite.
    Alors que le silence s’éternisait, Albus lâcha distraitement, son regard pensif plongé dans son verre :
    - Ce n’est jamais évident de distinguer le vrai du faux…
    Lily ne pouvait qu’en convenir.

Texte publié par Ploum, 5 décembre 2018 à 17h59
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Epilogue Tome 1, Epilogue
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1306 histoires publiées
622 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Mytae
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés