Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 2 Tome 1, Chapitre 2
- Bien ! Ceci étant fait !
    Luna abandonna les objets qu’elle venait de répertorier et commença à s’avancer parmi les étagères. Un premier arrivage leur était parvenu plus tôt dans la matinée et, aidée de plusieurs de ses collègues, elle était depuis lors en charge de vérifier chaque objet, leur identification, les informations relatives à ces derniers et leur conformité. C’était un travail long et fastidieux que Luna n’appréciait pas particulièrement, mais qu’elle savait nécessaire. Et puis, ce n’était l’histoire que de quelques jours. Ensuite viendrait le réaménagement complet du Musée, mais cet aspect-là du travail n’était pas vraiment de son ressort, et elle pourrait dès lors se pencher sur la rédaction de son étude.
    Toutefois, elle ne pouvait nier à elle-même que cela tombait plutôt bien. Elle se trouvait ainsi dans les salles de pré-stockage, comprises dans la réserve du Musée. Or, c’était justement là qu’elle souhaitait se rendre depuis la veille.
    L’histoire de ces Objets disparus, et de ces Nargoles curieusement présents en trop grand nombre sur les lieux des forfaits, la laissaient pour le moins assez stupéfaite et l’intriguaient. Elle sentait également de l’inquiétude se répandre lentement en elle, même si elle ne comprenait pas ce dernier point.Rien de particulièrement alarmant ne s’était produit jusqu’alors, pourtant. Quoique… peut-être était-ce ce léger doute qu’elle avait eu en lisant l’identité des Objets volés. Elle ne savait pas pourquoi, mais cela lui avait évoqué quelque chose. Et forcément, ce devait être quelque chose de mauvais.Et puis, il y avait aussi eu cet accès d’agressivité inexpliqué chez les Nargoles, même s’il avait été isolé.
    Et donc, il lui fallait découvrir le fin mot de l’histoire.
    Bien que le Muséum fût essentiellement consacré aux Créatures Magiques, sa réserve comportait également plusieurs ouvrages un peu en marge de son domaine de prédilection – c’est-à-dire tout ce qui avait trait aux Créatures Magiques, bien évidemment, que ce fût de près ou de loin, et même parfois lorsque seuls quelques chapitres en parlaient véritablement. Cependant, certains restaient tout de même très éloignés du sujet. Elle ne savait pas comment le Muséum avait pu en faire l’acquisition, et peut-être même l’ancien directeur non plus, d’ailleurs. Mais de ce fait, ils restaient un peu à l’oubli parmi les étagères, avec pour seule occupation celle d’agglomérer la poussière. Pourtant, ils auraient dû être cédés depuis longtemps – cela avait été prévu, à un moment, et elle se demandait ce qu’ils faisaient encore là. Mais peut-être qu’avec le réaménagement, cela n’allait pas tarder.
    Elle atteignit cette partie de la réserve en une dizaine de minutes. Elle parcourut des yeux les reliures, après en avoir retiré la poussière d’un sort informulé. Comme elle cherchait quelque chose qui évoquait les Objets Magiques, elle sauta de nombreux ouvrages, se contentant de feuilleter les plus prometteurs. Mais après un quart d’heure de ce manège, elle n’avait toujours rien trouvé. Ce n’était –
    - Tu cherches quelque chose en particulier ?
    Luna sursauta et se retourna, rattrapant de justesse le parchemin qu’elle avait déplié et qu’elle avait failli laisser tomber. Une jeune femme d’une trentaine d’années, petite et aux cheveux bruns tenus en un chignon épais, lui faisait face, l’air intrigué et la tête légèrement penchée. Elle ne lui évoqua rien du tout.
    - Oh, je…, hésita-t-elle, se demandant alors brièvement si elle avait le droit d’être là, avant de se rappeler aussitôt qu’elle travaillait dans le Musée et que ce secteur ne disposait pas de restrictions particulières. En fait, je cherche… un ouvrage portant sur les Objets Magiques, et, euh…
    Sauf qu’en réalité, elle n’était même pas sûre qu’un tel ouvrage fût bien ici, et si ça se trouvait, aucun des Objets auxquels elle pensait n’avait de lien avec les Créa – mais si, les Objets volés au Musée !
    La jeune femme lui renvoya un regard sceptique, mais elle haussa ensuite les épaules après quelques secondes.
    - Eh bien, tu n’es pas sur les bonnes étagères. C’est quatre étagères plus loin devant toi, sur ta gauche. C’est par rapport aux Objets qui ont été dérobés ?
    Luna tourna la tête vers les étagères désignées, mais elles n’avaient rien de particulier à cette distance. Quelques secondes passèrent avant qu’elle ne se contente d’acquiescer, songeuse. Elle reposa le parchemin inutile à sa place.
    - Oh. Eh bien… j’espère que cette histoire sera vite résolue ! lâcha la jeune femme après un petit temps d’hésitation, ne sachant que dire d’autre.
    - Oui. Oui, ce serait bien…
    L’air absent et le silence de Luna mirent la jeune femme mal à l’aise, et cette dernière finit par toussoter. Mais avant qu’elle n’ait pu ajouter autre chose, Luna se retourna vers elle avec un petit sourire.
    - Merci !
    Son interlocutrice en fut surprise, mais elle lui rendit tout de même son sourire.
    - Oh, eh bien, de rien… Bonne journée !
    Puis elle partit dans l’autre direction, laissant Luna à ses interrogations muettes. Finalement, peut-être lui disait-elle vaguement quelque chose. Elle avait déjà dû la croiser auparavant.
    Mais la jeune femme fut bientôt balayée de son esprit, tandis qu’elle se dirigeait vers l’endroit indiqué. Il ne lui fallut que quelques secondes pour se pencher sur les titres, et se rendre rapidement compte que l’autre femme – dont elle se souvenait enfin du visage, mais toujours pas du nom – avait raison. Cet endroit semblait bien plus prometteur.
    Luna vérifia rapidement l’heure, et grimaça en s’apercevant que l’heure de la pause-déjeuner était déjà bien entamée. Avant d’hausser les épaules, résignée. Ce n’était pas comme si ce serait le premier repas qu’elle sauterait.
    Il fallut tout de même feuilleter plusieurs documents pour enfin en trouver un qui décrivait certains Objets volés qui appartenaient au Musée. Mais il ne lui apprit rien qu’elle ne savait déjà… Jusqu’à tomber sur les paragraphes consacrés à deux Objets en particulier. Les deux Objets qui, ensemble, avaient fait écho en elle. Après les explications de leurs utilisations respectives en tant qu’entités seules – c’est-à-dire pas grand-chose, ou du moins rien d’inquiétant ou presque – elle lut les quelques phrases consacrées à leur utilisation conjointe. C’est-à-dire pas grand-chose non plus.
    Presque rien, en fait. Il y avait juste une référence d’un autre document – un livre, très certainement –, avec la page et le numéro de paragraphe, tout en précisant qu’ils intervenaient dans la genèse d’un sort avec d’autres Objets. Mais comme ce n’était pas le propos de l’ouvrage, il ne prenait même pas la peine d’en faire ne serait-ce qu’un résumé.
    Dommage… Je ne sais même pas si c’est l’information que je recherche…
    Dubitative, elle préféra néanmoins noter la référence. Après tout, si elle tombait dessus, par hasard…
    Ce ne fut pas le cas, et elle ne trouva rien d’autre sur le sujet – les seuls documents parlaient juste des informations usuelles qu’elle avait déjà en sa possession, et aucun ne parlait des Objets du Ministère. La pause-déjeuner touchait donc à sa fin lorsqu’elle referma le dernier parchemin et le reposa, et elle n’en ressortit que plus frustrée.
    Ce n’était donc pas ici qu’elle trouverait les informations qu’elle recherchait. Elle avait tout juste récolté la référence d’un livre, sans connaitre sa réelle utilité.Elle n’avait plus qu’à aller voir ailleurs – et le premier endroit où elle pourrait se rendre était la Bibliothèque de la Magie de Londres. Peut-être aurait-elle plus de succès et pourrait-elle trouver ce livre. Mais pour cela, il lui faudrait attendre la fin de la journée, au moins.
    Luna lâcha un soupir, et fit demi-tour pour retourner à sa tâche interminable et ennuyeuse.
    **
    - Tu veux aller à la bibliothèque, à cette heure ?!
    - Quand voudrais-tu que j’y aille, sinon ?
    Luna avait attendu impatiemment la fin de la journée pour mettre sa résolution à exécution, mais elle avait juste oublié un léger détail. Son mari. Et le fait qu’à aucun moment, elle ne l’avait prévenu de son entreprise. Ce qui expliquait leur situation actuelle : figés devant la haute stature du bâtiment après que Rolf se fût arrêté, lorsqu’elle lui avait enfin dit où elle souhaitait se rendre.
    Et il la regardait comme si cette envie lui était venue de manière soudaine, comme ça, et qu’il se demandait bien pourquoi. Mais quel était donc le problème ?
    - Mais j-je ne sais pas, mais… pourquoi maintenant ?
    - Parce que j’ai besoin d’y aller ! Il n’y a rien ici, donc si –
    - Attends, comment ça il n’y a rien ici ? C’est pour notre étude ?
    Luna cligna des yeux en l’observant. Pourquoi se mettrait-elle à chercher quelque chose sans même l’en avertir, alors qu’ils travaillaient dessus ensemble ?
    - Non… En fait, ça n’a rien à voir, c’est juste que, quand j’ai vu la liste des Objets volés, et ceux volés au Ministère –
    - Comment, ils ont été volés, eux aussi ?!
    - Oh, Rolf ! fit-elle avec un sourire attendri, levant la main pour lui caresser la joue du bout des doigts.
    Il était adorable. Il avait été tellement pris par la commande du Muséum qu’il n’avait pas dû avoir l’occasion de lire la presse. Pourtant, ça avait dû jaser parmi les collègues de travail.
    Quoique, elle-même n’en avait pas entendu parler de son côté. Elle ne l’aurait certainement pas su non plus si Hermione ne l’en avait pas informé la veille.
    - Oui. Deux Objets, finit-elle par répondre d’une voix distraite. Et donc, quand j’ai vu cette liste, ça m’a évoqué quelque chose qui relierait certains d’entre eux, et je souhaitais retrouver cela dans un document. Et puis, tous ces Nargoles à proximité, ce n’est pas normal ! Plus le temps passe, plus je me dis qu’ils doivent avoir un lien avec tout ça, ces vols, mais pourquoi ?
    Elle ne se rendit pas compte, mais le visage de son mari s’était légèrement fermé à l’évocation des créatures imaginaires connues des seuls Lovegood. Indubitablement, à partir de là, il n’accorda plus de sérieux à ses paroles. Il soupira, dépité.
    - Oh, et… que comptes-tu donc chercher, à la bibliothèque ?
    Encore dans ses pensées, Luna ne perçut pas son ton dubitatif. A peine avait-elle entendu la question, et elle mit quelques secondes avant de lui répondre distraitement :
    - Mmh ? Le lien entre les Objets volés, bien sûr !
    Rolf haussa un sourcil, lui renvoyant un regard blasé.
    - Tu sais, c’est le rôle des enquêteurs, ça. Et je ne vois pas ce que cela t’apporterait.
    - Quoi ?
    Les yeux de Luna s’agrandirent à la phrase de son mari, d’autant qu’il arborait à présent une moue presque crispée. Elle ne comprenait pas. Où était donc le problème ? Elle n’interférait en aucun cas avec leur enquête ! Elle voulait juste comprendre pourquoi ces Objets lui évoquaient une chose dont elle ne parvenait pas à se souvenir, pourquoi ils avaient été volés les uns après les autres, pourquoi les Nargoles…
    Les Nargoles. Luna déglutit faiblement, soudain quelque peu peinée. Il était là, le problème. Il ne croyait pas aux Nargoles. Dès qu’elle avait prononcé ce mot magique, il n’avait plus pris ses paroles au sérieux. Il ne la croyait pas. Pire, il considérait donc ses recherches comme inutiles, voire comme une perte de temps. Il avait suffi de ce simple petit mot pour balayer tout crédit à ses propos, et, bien qu’elle fût habituée à ce que personne ne la croit concernant leur existence, pour la première fois cela l’affecta. Jusqu’alors, cet état de fait n’avait eu aucune conséquence, ce n’était donc pas bien grave ; mais cela ne l’était peut-être plus aujourd’hui. Mais pourquoi était-elle donc la seule à se rendre compte de leur présence ?
    Elle secoua la tête pour chasser ces pensées sous l’œil légèrement contrarié de son mari. Apercevant le visage de sa femme s’assombrir légèrement et son regard se faire quelque peu distant, ce dernier finit toutefois par soupirer en se détendant, et il haussales épaules, décidant de ne pas pousser plus loin cette partie-là de la discussion.
    - Bien, je suppose que tant que tu auras ça en tête… Tu penses que cela te prendra beaucoup de temps ?
    Luna leva les yeux vers lui, reconnaissante et préférant reléguer la légère amertume qui embrumait son esprit dans un coin éloigné de sa tête. Après tout, le scepticisme de son mari pouvait facilement s’expliquer, et elle songea qu’au stade actuel des choses, il était sans doute normal pour lui de ne pas penser autrement – rien à voir avec une question de confiance. Il lui était pour l’heure difficile d’impliquer les Nargoles dans ces vols ! Et puis, au moins lui épargnait-il un discours pour la dissuader de continuer sur sa lancée, et au moins la respectait-il suffisamment pour la laisser constater par elle-même, quitte à ce qu’elle ne trouve rien au final. Mais elle devait au moins explorer cette piste, quitte à se tromper – et peut-être avait-il en partie raison, peut-être n’était-ce qu’un hasard et peut-être que les Nargoles n’avaient strictement rien à voir là-dedans, pour le peu qu’elle en savait. Elle avait passé sa journée à ne penser presque qu’à ça, ce qui avait rendu l’exécution de son travail laborieuse, malgré qu’il eût nécessité toute son attention. Mais il fallait qu’elle sache.
    - Je ne sais pas, finit-elle par avouer, mais il hocha la tête, s’attendant vraisemblablement à cette réponse.
    Il prit un air quelque peu gêné, et regarda par-dessus l’épaule de sa femme une seconde avant de le reporter vers elle.
    - Bon, eh bien… tu seras de retour pour le diner ?
    - Mmh ? Oui, bien sûr !
    Il lui adressa un léger sourire amusé. Il savait qu’elle le pensait vraiment ; mais parfois, souvent même, elle pouvait être tant immergée dans ce qu’elle faisait qu’elle ne se rendait même pas compte du temps qui passait – après tout, il la comprenait, cela lui arrivait souvent aussi. Et il était sûr qu’avec le type de recherche qu’elle voulait effectuer – et qui se solderait certainement par un échec – ce serait très certainement le cas.
    Il s’avança alors vers elle, parcourant les quelques centimètres qui les séparaient, pour venir poser ses lèvres sur les siennes. Elle répondit à son baiser, et après quelques secondes, il se sépara d’elle.
    - A ce soir dans ce cas !
    Sur ces mots, il transplana, et il ne fallut pas plus de quelques secondes pour que Luna en fasse de même.
    Elle apparut devant le large bâtiment occupé par la Bibliothèque. Elle ne jeta pas même un coup d’œil à la façade au style ancien et entra.
    Comme lorsqu’elle pénétrait dans le Musée, le silence l’enveloppa aussitôt. Aucun bruit ne se faisait entendre, si ce n’était quelques rares chuchotements et les bruits de parchemins manipulés par la femme de l’accueil. Luna se dirigea aussitôt vers elle. Autant commencer par l’ouvrage dont elle avait récupéré la référence – en espérant qu’il y fût.
    - Bonjour ! la salua-t-elle avec un sourire en sortant le bout griffonné de son sac à main.
    - Bonjour, lui répondit l’hôtesse de la même façon, levant les yeux de sa précédente occupation par la même occasion.
    - Excusez-moi de vous déranger ainsi, mais je recherche un ouvrage. J’ai la référence, mais je ne sais pas si vous disposez d’un exemplaire.
    - Quel est-il ? fit la femme en tendant la main pour saisir le papier que lui fournit Luna.
    Après quelques secondes de silence, l’hôtesse déclara, les sourcils froncés :
    - Veuillez patienter quelques minutes, je vous prie.
    Elle se leva alors son siège, et quitta l’accueil pour se diriger vers une porte à l’accès fermé au public, quelques mètres plus loin. Luna la suivit des yeux jusqu’à ce qu’elle disparaisse de son champ de vision, pour se tourner ensuite vers les parchemins éparpillés devant elle d’un air distrait. Mais comme ils n’avaient strictement rien d’intéressant, elle préféra lever le regard vers le plafond. Et elle attendit.
    Elle ne sut combien de temps cela dura, lorsqu’elle entendit quelqu’un l’interpeller et toussoter près d’elle, la tirant de ses pensées par la même occasion. C’était l’hôtesse d’accueil qui était revenue.
    - Vous avez de la chance, nous l’avons dans nos rayonnages – l’ancien était endommagé, nous avons reçu cet exemplaire la semaine dernière !
    Luna acquiesça pour toute réponse, et marcha à sa suite parmi les méandres des rayonnages. La Bibliothèque de Magie de Londres était réputée pour l’incroyable diversité d’ouvrages dont elle disposait, et qui constituait une collection impressionnante. S’il n’avait pas été là, Luna n’aurait pas su où aller le chercher – il lui aurait fallu se rendre dans une autre Bibliothèque de réputation semblable, mais elle aurait dû aller à l’étranger pour cela.
    L’hôtesse s’arrêta au bout de quelques minutes devant des étagères de livres reliés, et Luna faillit buter contre elle. Son interlocutrice ne semblait pas s’en être rendu compte, car sans la regarder, elle tendit le bras pour saisir un livre épais à la couverture rouge sombre et sobre. Seul le titre figurait sur la tranche du livre et la première de couverture. Elle se tourna seulement à cet instant vers elle, pour le lui donner.
    - Le voici !
    - Oh ! Merci ! fit Luna en le récupérant.
    Elle prit quelques secondes pour le soupeser. Il était vraiment lourd. En fait, elle en vint rapidement à le tenir des deux mains.
    - De rien ! Bonne lecture ! répondit cordialement l’hôtesse avant de s’en aller.
    Pour sa part, Luna se dirigea vers l’une des tables disposées dans la grande salle, la première qu’elle trouva. Elle posa le livre et s’assit aussi sec pour l’ouvrir aussitôt, cherchant la page et le paragraphe indiqués sur sa note.
    Au-dessus du paragraphe, l’intitulé en donna le sujet, qui fit froncer les sourcils de Luna. Il parlait d’un sort en particulier, un sort qui lui disait vaguement quelque chose sans qu’elle n’y eût jamais accordé d’importance. Ses yeux glissèrent donc vers le texte en suivant.
    Il parla alors des Objets. Il en évoquait sept, les sept nécessaires à la genèse de ce sort. Elle reconnut tout d’abord les deux Objets volés au Musée, puis après la description de trois autres Objets qui ne lui disaient rien, elle hoqueta en reconnaissant les deux derniers, et elle vérifia la correspondance avec les schémas fournis par Hermione. C’étaient les deux Objets volés au Ministère ! Il n’y avait pas de doute possible ; ces vols avaient bien un lien, et n’étaient en rien anodins – malgré la multitude d’objets inutiles subtilisés en annexe.
    Mais pourquoi les Nargoles s’intéresseraient-ils donc à ce sort ?
    Elle tâcha donc de comprendre la fonction de ce sort. Sauf que… eh bien, le problème était qu’il n’était pas très bien connu. Tout ce qui semblait être sûr était que son lancement aurait des dommages collatéraux considérables – rien de moins que la destruction de l’endroit à partir duquel il serait lancé ! Et donc, par déduction, les auteurs pensaient que c’était là son but.
    Cela la fit hausser les sourcils, et elle fut soudain saisie d’un doute. Ce n’était pas possible, quel intérêt pourrait avoir les Nargoles à détruire un endroit ? Ils étaient malicieux et espiègles, certes, mais cela s’arrêtait là ! Malgré cela, et même si elle se demandait si cela en valait véritablement la peine, elle continua sa lecture pour investiguer davantage. Il valait mieux se tromper, mais savait-on jamais.
    Et en fait, elle aurait rapidement abandonné la lecture, si elle n’avait pas vu tout aussi rapidement que le but du sort était en réalité sujet à débat : car même si la plupart pensait que le sort était une sorte d’arme de destruction, ce n’était pas le cas de tous – même s’ils n’avaient aucune idée de ce que cela pouvait être d’autre. Mais peut-être que le reste lui permettrait d’émettre des hypothèses. Elle lut donc rapidement les quelques informations suivantes, malheureusement peu fournies. Mais une en particulier l’interpella, et la glaça aussitôt tandis qu’elle la lisait : comme le sort nécessitait la réunion d’Objets magiques, un cercle devait préalablement être mis en place pour établir le lien entre eux et le stabiliser, et ainsi permettre le lancement du sort à cet endroit. Or, lors de sa création, il était évoqué l’émission d’une puissante énergie accompagné d’un éclat lumineux intense de courte durée. Et forcément, cela lui fit penser à cet incident survenu quelques jours plus tôt, en plein centre de Londres.
    Trop de coïncidences. Trop de choses lui faisaient suspecter les Nargoles, et tout allait dans ce sens – l’absence de preuves, de suspect, de traces d’effraction ou d’une quelconque magie utilisée ! Et puis, cet éclat de lumière… Hermione avait beau avoir accusé les Mangemorts d’en être responsables, ils n’avaient l’ombre d’une idée pour justifier son apparition, sa brièveté, et l’absence de conséquences – les mages noirs pouvaient s’être juste trouvés là au mauvais endroit au mauvais moment, c’était tout à fait probable !
    Luna ferma les yeux quelques secondes et réfléchit. En ramenant bout à bout toutes les informations dont elle disposait, une seule conclusion s’imposa à elle : les Nargoles s’apprêtaient à détruire Londres !
    La surprise et l’effroi la firent bondir de sa chaise, dont les pieds raclèrent le sol et émirent un bruit sonore qui attira plusieurs regards agacés. Mais Luna n’en avait cure, et ne s’en rendit d’ailleurs même pas compte. Les Nargoles allaient détruire Londres !
    Frissonnant encore de cette découverte, elle se rassit en saisissant un parchemin vierge de son sac – elle en conservait toujours quelques-uns sur elle, au cas où – et lança un sort pour copier l’ensemble du paragraphe – tout ce qui avait trait à ce sort, en fait. Elle feuilleta rapidement le livre pour voir si d’autres informations ne seraient pas disséminées parmi les pages, mais il semblerait que non. Elle finit donc par le refermer, avant de retourner le remettre à sa place, le cœur battant.
    Les Nargoles allaient détruire Londres. Mais pourquoi ? Bien qu’elle ait toujours été méfiante en leur présence, leurs agissements s’étaient toujours limités à des sortes de farces, pas vraiment drôles mais sans conséquences majeures – du moins pas très graves. Mais ça ! Comment avaient-ils pu en venir à de telles extrémités ?! Dans quel but ? Ce n’était pas comme si les humains représentaient un danger pour eux, presque personne ne soupçonnait leur existence !
    Elle fit demi-tour, et s’empressa de gagner la sortie. Elle devait en parler à quelqu’un. Mais qui ? Qui pourrait l’aider ? Elle ne savait pas du tout quoi faire ! Peut-être la réponse était-elle dans la copie qu’elle avait faite ? Il devait forcément exister un moyen de contrer ce sort, aussi puissant fût-il !
    L’air frais du soir qui tombait la refroidit aussitôt, et elle serra davantage son manteau contre elle. Elle devait en parler à Hermione. Après tout, elle était Ministre de la Magie, elle devait savoir où se trouvaient les trois Objets restants, et aurait les moyens de les mettre hors de portée des Nargoles. Ou tout du moins, de les protéger pour empêcher leur vol.
    Toute à ses pensées, elle ne se rendit pas compte qu’elle s’était mise à marcher sans prendre de direction précise, alors qu’elle aurait pu directement transplaner chez elle. Peut-être pourrait-elle en parler à Harry, aussi. En tant que Directeur du Bureau des Aurors, il avait certainement connaissance des deux enquêtes et serait en mesure de prendre les dispositions nécessaires pour empêcher les futurs vols. Et Wyath X, l’homme avec Hermione… Il serait certainement le plus à même de gérer cela, mais elle ne savait pas vraiment comment le contacter. A moins de se rendre au Ministère, jusqu’à son bureau ?
    Il fallut qu’elle se cogne contre quelqu’un pour qu’enfin, pendant quelques secondes du moins, elle émerge de ses pensées et réalise sa localisation actuelle. Dévisageant avec incrédulité les alentours, les gens, et les devantures de quelques boutiques et de nombreux appartements, elle dut prendre sur elle pour se ressaisir, pour ensuite exécuter son transplanage et réapparaitre juste devant chez elle.
    Et tandis qu’elle refermait la porte derrière elle, elle retourna à ses réflexions. Le plus facile serait de contacter Harry ou Hermione – étant des amis de longue date, ils se voyaient régulièrement. Mais elle devait les voir, ou au moins l’un d’entre eux – qui tacherait de relayer l’information à l’autre, l’amitié du Trio d’Or ne s’était pas tari, loin de là – et ce, le plus tôt possible. Le lendemain serait l’idéal.
    Après tout, elle n’avait aucune idée de quand ils comptaient exécuter leur plan.
    - Tu es déjà rentrée ?
    Elle leva la tête pour croiser le regard surpris de son mari, et hocha juste la tête en sa direction. Il en parut heureux, et disparut aussitôt de son champ de vision en s’exclamant :
    - Tu arrives pile à temps, le diner est prêt !
    Luna s’avança jusque dans la salle à manger, où la table était déjà dressée. Elle eut à peine le temps de cligner des yeux que Rolf réapparut avec deux assiettes, qu’il déposa devant elle. Tous deux prirent place.
    - Alors, tu as trouvé ce que tu voulais ? fit-il en prenant ses couverts.
    Luna ne sut que répondre. D’un côté, oui, elle avait trouvé, mais d’un autre, c’était une catastrophe. Et elle ne savait pas si elle devait lui en parler. Surtout qu’elle se sentait si fatiguée, tout à coup. Il lui fallait parler urgemment à Hermione ou Harry, mais comment ? Devait-elle leur envoyer un hibou pour cela ? Elle ne pouvait décemment pas leur avouer une telle chose par voix écrite ! Et si les Nargoles interceptaient le message, qui plus est ? Peut-être la surveillaient-ils ? Car après tout, s’ils l’avaient frappé la veille, ce devait bien être parce qu’ils la considéraient comme une sorte de menace !
    - Je suppose que j’ai eu ma réponse…, finit-elle toutefois par lâcher en triturant son entrée, avant d’avaler une bouchée.
    Il sembla considérer sa réponse comme un aveu d’une recherche non concluante, et hocha juste la tête. Apparemment, une autre réponse l’aurait pris au dépourvu.
    Le sujet fut clos, et ils mangèrent en silence, jusqu’à ce que Rolf reprenne :
    - Au fait, tu te rappelles de ma réunion de demain ?
    - Quelle réunion ?
    Ah zut, si elle se mettait à oublier les réunions du travail… Et le lendemain soir ne l’arrangeait réellement pas !
    - Demain soir, pour l’étude sur les basilics de Yougoslavie.
    Ah. Comme elle n’y avait pas participé, cela expliquait son ignorance. Tout simplement parce qu’elle n’avait rien à voir là-dedans, et n’avait donc pas été impliquée.
    Tout en se remémorant lentement cette étude, elle fronça les sourcils.
    - Mais elle commence à dater, cela fait presque un an que tu l’as achevée ! Pourquoi donc avez-vous une réunion là-dessus ?
    - Un Congrès est organisé dans trois mois à Helsinki, en Finlande, et je dois réaliser une présentation de cette étude. Le directeur veut en discuter avec quelques collaborateurs. Mais cela risque de prendre du temps, il y aura même un buffet d’organisé.
    - Oh ! Donc, tu ne reviendras pas pour diner ?
    - Non. Je ne sais même pas pour quelle heure je serai rentré. Je ne t’en avais pas déjà parlé ?
    - Maintenant que tu le dis, peut-être que si…
    Mais elle était incapable de s’en souvenir. Pourtant, cela lui semblait logique, Rolf l’avertissait toujours de ce genre de choses bien à l’avance.
    Cela voulait donc dire qu’elle passerait la soirée seule… peut-être devrait-elle proposer à Hermione de diner ensemble ? Etant désormais divorcée et ses enfants étant scolarisés à Poudlard, elle devait être seule chez elle. Et ce serait l’occasion parfaite de lui parler de vive voix de ce qu’elle avait découvert.
    La fin du repas fut un peu plus animé, et la magie les affranchit de passer du temps en cuisine pour tout nettoyer. Forte de sa nouvelle résolution, elle ne perdit pas de temps et partit chercher leur hibou pour le ramener dans leur chambre, avant de rédiger une lettre à l’adresse de son amie. Elle attacha le parchemin à la patte du volatile, et ouvrit la fenêtre seulement pour le laisser s’envoler, puis referma derrière lui. Ce fut à ce moment-là que son mari entra dans la pièce ; malgré qu’il vit son geste, il ne l’interrogea pas là-dessus, se contenta de lui sourire et entreprit de se déshabiller avant de se coucher.
    Luna en fit de même l’instant d’après, et ferma les yeux en posant la tête sur son oreiller, ignorant la lumière diffuse de la lampe que Rolf venait d’allumer. Il avait pris l’habitude de toujours lire un peu avant de s’endormir, et généralement, elle en faisait de même, mais pas ce jour-là. Car elle ne le pouvait tout simplement pas : les événements récents, et la découverte de la journée, ne cessaient de repasser dans sa tête. A tel point qu’elle croyait ne pas être capable de s’endormir, également stressée par la possible réponse de son amie – elle pouvait toujours avoir quelque chose de prévu, suite à ses nouvelles responsabilités. Malgré tout, il ne fallut pas tant de temps que cela pour qu’elle sombrât dans le sommeil.
    
**

    Luna n’aurait jamais pensé entrer en ces lieux mais en même temps, elle n’avait jamais songé à une telle éventualité. Elle laissa son regard errer quelques secondes sur la porte ouvragée qui lui faisait face, avant d’enfin signaler sa présence – l’espèce de bouton à sa droite devait bien faire office de sonnette, non ?
    Elle n’entendit rien de là où elle se tenait, et n’eut donc sa réponse que lorsque la porte s’ouvrit finalement pour laisser le passage à son hôte. Hermione lui sourit.
    - Luna ! Tu arrives pile à l’heure ! Entre donc !
    Luna la remercia et entra donc tandis que la jeune femme s’écartait pour la laisser passer, avant de refermer la porte d’un coup de baguette. Luna la regarda à peine, trop occupée à scruter les lieux avec intérêt. Ce n’était pas tous les jours que l’on avait le loisir d’entrer dans les appartements de fonction du Ministre de la Magie.
    - Allons dans le salon nous rafraichir un peu ! Par contre –
    - Luna !
    - Harry ?
    Face aux deux femmes se tenaient Harry Potter et sa femme Ginny, les mines radieuses.
    - Je leur ai également proposé de venir, j’espère que cela ne te dérange pas ? fit alors Hermione en se mordillant légèrement la lèvre, gênée.
    - Bien sûr que non, voyons ! Je suis tellement heureuse de vous voir ! s’écria Luna à l’adresse des deux nouveaux venus, tandis que deux bras vinrent l’enlacer.
    - Oh, Luna ! s’exclama Ginny, son visage illuminé tourné vers elle. Cela fait si longtemps que nous ne t’avons pas vu ! Comment s’est déroulée ton étude ? Hermione m’en a touché quelques mots, mais je veux tous les détails ! Comment c’était ?
    Luna entreprit donc d’expliquer le détail de ses derniers mois pendant que tous se dirigeaient vers le grand salon. En son centre trônait une grande table élégante en bois sombre. Les apéritifs étaient déjà servis.
    - Cet appartement est si grand ! s’exclama alors Luna, interrompant son récit par la même occasion. Et tu y vis vraiment toute seule ?
    - Oui. Enfin, je suppose que ça se remplira lorsque les enfants rentreront pour les vacances.
    - Et Ron ?
    - Nous avons choisi une garde alternée. Nous nous sommes déjà arrangés pour les prochaines vacances.
    - Oh. D’accord. Mais… et la maison que vous aviez achetée ?
    - Il l’a gardée.
    Luna se sentait un peu embarrassée d’aborder une telle conversation, mais cela ne semblait pas le moins du monde gêner Hermione, qui semblait s’être parfaitement adaptée à la situation. Enfin, en même temps, cela durait depuis plusieurs mois, et elle-même ne l’avait su que quelques jours plus tôt. Ce devait juste être elle, parce que c’était tout nouveau pour elle.
    Hermione se posta alors près de la table, se servant dans l’un des plateaux remplis de bouchées. Harry et Ginny ne se firent pas prier pour en faire de même, mais comme Luna ne réagissait pas, Hermione déclara :
    - Sers-toi, ne te gêne pas !
    - Oh. Merci.
    Luna saisit un canapé au saumon fumé et mordit dedans, tandis que Ginny se retournait vers elle pour lui réclamer la suite de son récit. Elle avala donc et poursuivit, tandis qu’Harry lui offrit de lui servir un verre – il lui proposa plusieurs boissons, avant qu’elle n’accepte finalement un verre de Chardonnay. Elle avait appris à connaitre les vins français depuis un séjour effectué il y avait plusieurs années de cela dans ce pays, et à en apprécier certains tout particulièrement.
    - Oh ! J’imagine que ce devait être génial ! s’enthousiasma Ginny. Rolf et toi seuls, tous les deux –
    - Ils n’étaient pas vraiment seuls, corrigea Harry, amusé.
    - Oh, juste quelques collègues, et les jumeaux pendant les vacances d’été ! fit Ginny en secouant la tête, avant de reprendre : Dans un décor idyllique et sauvage –
    - Idyllique n’est peut-être pas le terme ! l’interrompit Harry en riant, et il rit encore plus lorsque Ginny lui donna un léger coup de poing à l’épaule.
    - Cesse donc de m’interrompre ! Les photos sont très belles !
    - Je n’ai jamais dit le contraire, chérie, répliqua-t-il avec un sourire en coin, les yeux pétillants. Juste que –
    - On s’en fiche ! fit sa femme en se retournant vers Luna. Alors ?
    - … Alors, c’était parfait, soupira Luna d’un air rêveur.
    - Ah, tu vois ! s’exclama la rouquine à l’encontre de son mari comme s’il s’agissait là d’une preuve, tout en prenant les mains de son amie. Je suis tellement heureuse pour vous deux. Vous méritiez bien un peu de temps pour vous.
    - Oh, on l’a surtout passé en compagnie de dragons, fit Luna en riant.
    - Mais vous en avez bien profité, et c’est cela qui compte !
    - Oui. Oui, c’est vrai…, fit Luna, sa voix diminuant de volume, songeuse.
    C’étaient de si bons souvenirs, en effet.
    - Et vous, de votre côté ? Ça a été ? fit-elle soudain en se resservant une autre bouchée – une carré recouvert d’un pâté coloré et d’une tranche d’olive.
    Elle fut incapable de déterminer ce que c’était exactement, mais c’était loin d’être mauvais. C’était plutôt bon, en fait.
    - Oh, nous, rien de spécial – enfin, presque, finit par répondre Ginny en haussant les épaules, comme si le sujet était bien moins intéressant. Les championnats du monde de Quidditch vont commencer d’ici deux mois, autant te dire que c’est l’ébullition au Journal !
    - Oui, j’imagine, répondit juste Luna, avant qu’Harry ne poursuive à la place de sa femme :
    - De notre côté, comme d’habitude en effet. Enfin, sauf cette affaire avec les Mangemorts, qui a été résolue récemment, et ces vols au Ministère et au Muséum. Vous n’avez pas trop de problèmes à cause de cela, j’espère, à ce propos ?
    - Eh bien, ça nous fait du travail en plus, souffla Luna, et elle vit là une occasion de parler de sa découverte. Le Musée avait commandé un certain nombre d’Objets, et va bientôt fermer pour une restructuration. Ce n’était vraiment pas le moment. L’enquête avance ?
    Le visage d’Harry s’assombrit, et Luna eut aussitôt sa réponse sans qu’il n’eût besoin de la formuler. Mais avec les Nargoles, elle devait s’en douter. Surtout si personne ne voulait croire en leur existence.
    - Eh bien, pas vraiment, finit-il tout de même par lâcher du bout des lèvres, comme si cela le répugnait à l’avouer. A vrai dire, nous n’avons rien. Nous ne comprenons même pas comment ces personnes ont bien pu procéder !
    Etait-ce le moment où elle devrait leur faire part de sa découverte ?
    Hermione soupira avant de renchérir :
    - A cause de cela, nous avons dû renforcer la sécurité au sein du secteur concerné. Tant que nous n’aurons pas compris après quoi ces gens en ont, cela va de soi… Mais cela semble mal parti pour le découvrir !
    - En fait, se lança finalement Luna, je pense savoir. Les Nargoles –
    Ce simple mot suffit à tirer un concert de soupirs.
    - Luna, les Nargoles ne peuvent pas avoir fait ça, répliqua gentiment Ginny, mais Luna l’ignora.
    Elle se dirigea vers son sac à main et farfouilla dedans sous le regard mi-curieux, mi-sceptique de ses amis, avant de revenir vers eux avec deux parchemins – l’un comprenait les deux schémas d’Hermione, l’autre les notes qu’elle avait copiées à la Bibliothèque.
    - En fait, commença-t-elle à expliquer, parmi les Objets volés, plusieurs m’avaient interpellé, donc j’ai cherché et… certains, utilisés ensemble, interviennent dans la conception d’un sort !
    Cela les alerta, bien sûr, notamment Harry, et tous se tendirent.
    - Comment cela ? fit Ginny, tandis qu’Hermione attrapait le parchemin de notes que tenait Luna.
    Hermione le lut pendant plusieurs secondes, le temps de comprendre de quoi il était question, et Harry faisait de même, regardant par-dessus son épaule. Ginny, qui ne voyait rien de son côté, les fixait avec insistance, attendant le verdict. Et à la grande surprise de Luna, ils ne firent que secouer la tête en soupirant.
    - Luna, ce sort n’est qu’une légende, soupira Harry tandis qu’Hermione lui rendait le parchemin.
    - Mais non ! Ça correspond ! Les Objets volés, les –
    - Luna, ce sort prétend utiliser une magie dont l’existence n’a jamais pu être prouvée. Jamais personne n’a réussi à réaliser quelque chose d’une telle complexité, en réunissant un aussi grand nombre d’Objets – tu imagines la structure qu’il faudrait pour stabiliser tout cela ? Et puis de toute façon, qui aurait intérêt à utiliser un tel sort ?
    - Mais les Nargoles ! Ils étaient là, en grand nombre, que ce soit dans le Musée ou au Ministère !
    - Luna, c’est une affaire sérieuse, là.
    - Mais je suis sérieuse ! Pourquoi ne voulez-vous pas me croire ?
    - Parce que les Nargoles n’existent pas ! s’exaspéra Hermione, et son pied se fit aussitôt malencontreusement écraser par la chaussure de Ginny, qui toutefois lançait un regard désolé à Luna.
    Cependant, Luna n’était pas dupe. Elle non plus ne la croyait pas. Cela se voyait dans son regard. La gorge nouée, elle tenta de se justifier :
    - Mais –
    - Luna, insista Harry, plongeant son regard émeraude dans le sien. Nous n’avons aucune preuve que ces deux affaires soient liées d’une quelconque manière. Ce sort dont tu parles n’a été décrit que dans la littérature, mais nous n’avons aucune trace de son utilisation dans toute l’Histoire ; ce n’est certainement qu’une légende.
    - Mais les Objets volés ont forcément un lien ! Ne me dis pas que tu crois que c’est un pur hasard que ces vols se soient produits sur un intervalle de temps aussi court !
    - Nous y avons pensé, ne t’inquiète pas, la rassura Harry, mais elle savait que cela ne voulait pas dire pour autant qu’il envisageait sa découverte comme ne serait-ce qu’une éventualité. L’enquête nous permettra de déterminer si c’est vraiment le cas.
    - Mais vous ne comprenez pas…, souffla Luna en secouant la tête, dépitée. Les Nargoles… Ils risquent de détruire Londres !Et puis, cet éclat de lumière, quelques jours avant !
    - C’étaient les Mangemorts, Luna.
    - Vous n’en avez pas la preuve ! Vous n’avez fait tirer cette conclusion trop hâtivement, parce que vous ne saviez pas comment l’expliquer autrement ! Mais ce sont les Nargoles les responsables !
    Enièmes soupirs désabusés. Luna se mordit la lèvre. Jamais elle ne s’était sentie aussi mal parce que personne ne la croyait. Mais ce n’était pas la même chose,et c’était même pire qu’avec son mari. Là, le sort de toute une ville était en jeu, et ses amis, ceux qui pouvaient intervenir, ne la croyaient pas.
    Frustrée et le cœur serré mais cédant finalement face aux regards insistants de ses amis, elle n’ajouta rien et baissa son regard vers son parchemin parcouru de notes. Il lui faudrait faire davantage de recherches pour parvenir à les convaincre de la véracité de sa découverte, mais elle ne savait pas comment s’y prendre.
    Une autre discussion débuta, et la précédente fut ainsi considérée comme close. Luna ne la suivit que distraitement, toujours penchée sur ses notes. Quelque peu désespérée, elle lisait, espérant apercevoir un détail qui plaiderait en sa faveur. Elle faillit abandonner sa lecture lorsqu’elle lut la dernière phrase. Son regard se fixa dessus, et son esprit ignora la question que venait de lui poser quelqu’un – Hermione ou Ginny ? Une voix féminine, en tout cas.
    Le Gardien des Sceaux… Il existait donc bien un moyen d’empêcher la réalisation du sort, et la destruction de la ville ! Elle ne savait pas comment cette personne devrait procéder, mais cela lui était presqu’égal à l’heure actuelle. C’était bien simple, en réalité : il lui suffisait juste de trouver cette personne, et de lui demander d’intervenir !
    … Mais qui cela pouvait-il donc bien être ?

Texte publié par Ploum, 3 décembre 2018 à 17h29
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 2 Tome 1, Chapitre 2
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1434 histoires publiées
659 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Garcymore
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés