Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Prologue « La décision » Tome 1, Prologue

    - A tout à l’heure !
    
    Comme tous les matins, 6h47, je sors de la maison et referme la porte derrière moi. Restée sur le perron, je resserre l’écharpe bordeaux autour de mon cou, glisse les mains dans les poches de ma veste noire et prend une profonde inspiration. J’avance un pied chaussé d’une botte en cuir et entend la neige craquer sous ce premier pas. La joie m’envahis directement, je fais un tour sur moi-même, les yeux rivés sur ce ciel noir et ces nombreux flocons qui tombent et scintillent sous la lueur du lampadaire.
    
    Je continue à avancer, empruntant ce chemin que je connais que trop bien. Je suis la seule à passer par là à cette heure du matin et j’ai le plaisir d’écraser pour la première fois toute cette neige tombée durant la nuit. Il me faut une vingtaine de minutes pour arriver à ma première destination : la gare.
    
    Arrivée sur le quai, je reste sous la neige pendant que de nombreux adolescents s’agglutinent dans les abris. Le train a encore du retard. Bien que je me demande s’il est vraiment en retard ou si c’est son heure habituelle, car il arrive presque toujours avec dix minutes de retard… Et généralement, ces dix minutes d’attente me suffisent pour penser à lui. Oh, c’est certain, je ne devrais pas penser à lui, mais je le fais. Bien malgré moi, mon esprit vagabonde et me ramène toujours à lui, depuis des semaines, que dis-je, des mois !
    
    Généralement, ces pensées me rendent mélancolique. J’ai tant de regrets, tant de questions restées sans réponse. Pourquoi ne puis-je t’oublier alors que nous nous sommes quittés en de si mauvais termes ? Enfin, quitter est un bien grand mot, pour se quitter, encore aurait-il fallu que nous fussions ensemble… Ça n’a jamais été le cas et je doute que ce le soit un jour. Nous n’étions pas destinés l’un à l’autre.
    
    Je laisse la foule d’étudiants dissipés entrer dans le train avant d’y rentrer à mon tour. Je trouve une place près de la fenêtre et en profite pour regarder les flocons voler en tous sens, perturbés dans leur chute par le passage des wagons. Mon esprit à nouveau se perd dans le méandre de mes souvenirs, de ces « si » restés sans réponse, de ces envies, de ces sentiments refoulées au plus profond de mon être. De toutes ces fois où je n’ai fait que reculer… Désormais, ce ne sont plus que des regrets.
    
    Enfin, le train arrive en gare de Lilles, gare terminus pour moi et pour la plupart des passagers. Cette fois encore, je laisse les étudiants s’emmêler avant de me lever de mon siège. En silence, je descends les marches, me dirige machinalement vers la sortie de la gare. Ici, pas de neige visible, mais je peux voir la glace pilée coincée sur la pointe des chaussures des passants. Je souris tristement. Il n’a toujours pas quitté mes pensées et mon enthousiasme de ce matin s’en est allé.
    
    « Changement de voie : Le TGV à destination de Nantes arrivera voie 11 au lieu de voie 9. »
    
    Cette annonce me fige littéralement sur place. Stoïque, les yeux rivés vers l’origine de la voix, j’hésite, mon cœur s’emballe. Et si je prenais ce TGV ? Et si je quittais ce train-train quotidien si confortable pour prendre ce transport ? Et si je partais à l’aventure, sans savoir si j’ai raison de le faire, sans savoir si il sera heureux de me retrouver ? Comme toujours, je suis déchirée entre amour et raison. Ecouter mon cœur, mon corps ou écouter simplement ma tête ?
    
    Je remets un pied devant l’autre, peu convaincue. Je suis attendue au travail, je ne peux pas me permettre de faire plus de quatre heures de transports ! Je peux toujours placer quelques jours de congés… Après tout, mon patron est relativement souple. Mais est-ce qu’il me comprendra ? Qui pourrait me comprendre ? Même lui, il ne pourrait pas. C’est décidemment une bien mauvaise idée.
    
    Je continue à avancer, suivant docilement le troupeau vers la sortie. Je peux apercevoir par-dessus les bonnets de laine cette porte restée ouverte pour laisser passer l’afflux de monde. Plus je m’approche de la sortie et plus un frisson parcoure mon échine, plus je m’en approche et plus je sens les larmes monter. Encore une fois, j’allais renoncer à ce qui me faisait irrésistiblement envie, pour quoi encore ? Ah oui. Parce que j’ai tout simplement peur.
    
    - Fais-le.
    
    Je m’arrête, soudainement décidée. Un homme me rentre dedans et m’injure avant de me contourner. Beaucoup de monde m’observe, tous un peu courroucés. Généralement, cela m’est insupportable, mais cette fois ci, je m’en fiche. Peu importe leurs jugements, ma décision est prise. Je fais demi-tour, affronte la foule à contre-courant et retourne au cœur de la gare. J’attends mon tour au guichet, croisant les doigts pour que cela aille vite ! Ce n’est pas le moment d’avoir le temps de changer d’avis… Je ne veux plus changer d’avis, cette décision si douloureuse est prise ! Je dois le faire, je n’en peux plus de ces regrets. La personne devant moi passe et enfin, c’est à mon tour.
    
    - Bonjour, vous resterait-t-il une place dans le prochain TGV pour Nantes ?
    - Oui, mais uniquement en première classe.
    - Je vais la prendre, s’il-vous-plait.
    
    Le ticket entre les main, je cours vers cette nouvelle destinée, décidée à laisser derrière moi tous ces « si » et « peut-être ». Ai-je raison de m’y rendre ? Je ne sais pas, mais je sais où je dois aller… J’espère juste ne pas tout abandonner pour rien…
    

Texte publié par Mystère, 26 novembre 2018 à 14h31
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Prologue « La décision » Tome 1, Prologue
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1687 histoires publiées
761 membres inscrits
Notre membre le plus récent est zultabix
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés