Pourquoi vous inscrire ?
Le langage de la vie - le testament des Premiers
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 0 commentaire 0
«
»
Tome 1, Chapitre 3 Tome 1, Chapitre 3
Le voyage jusqu’à Eiréné ne dura que deux jours. Niko, puisque Doriane devait se résoudre à l’appeler comme ça, avait couvert un bon bout de chemin après l’attaque. Il raconta à la jeune femme qu’il l’avait placée sur Becky et avait conduit l’animal-golem par la bride.
    Niko prétendait toujours ne rien savoir de ses origines ou sur son identité. Par contre il était intarissable sur les joyaux. Doriane n’avait jamais entendu quelqu’un parler de ces pierres aussi librement. Les faiseurs étaient des gens secrets. Ils ne parlaient pas des techniques qu’ils employaient pour créer les joyaux ou pour trouver les inscriptions à inscrire pour libérer leur force. Même Hector, qui aimait la jeune femme avec toute la bienveillanced’un grand-père envers ses petits enfants, ne parlait presque pas de ce sujet.Les manieurs étaient encore plus rares que les faiseurs et aimaient s’entourer de mystère. Quand ils parlaient des joyaux, ils utilisaient des mots compliqués et des phrases incompréhensibles. Doriane détesté ces m’as-tu-vu bouffis d’orgueil.
    Mais Niko lui n’avait visiblement rien à cacher. Si au début le débit constant de paroles de l’homme l’avait exaspéré, la jeune femme avait vite saisi une chose : si ce que Niko racontait été vrai, et au vue de ses récentes démonstrations l’hypothèse était plus que valable, alors elle avait chance unique de parler à un manieur-faiseur de joyau hors du commun. Elle relançait donc régulièrement l’étranger sur ce sujet. Ce dernier était trop heureux de voir qu’elle était intéressée et répondait volontiers à ses questions.
    - Tu dis donc que tout est une histoire de syntaxe ? Demanda Doriane un soir qu’ils mangeaient au coin du feu.
    - Tout à fait ! Répondit Niko la bouche pleine. C’est un peu comme dans la vie courante. Quand tu sais t’exprimer correctement, tu peux t’ouvrir pas mal de portes ! Eh bien les joyaux c’est la même chose. Il faut savoir ce que tu veux inscrire et surtout comment l’inscrire dessus. Sinon tu peux obtenir un résultat désastreux voir catastrophique !
    - Catastrophique ? Demanda la jeune femme incrédule.
    Niko fini de manger sa cuisse de lièvre puis pointa l’os vers elle.
    - Imagine-toi devant des personnes qui ne parlent pas ta langue. Toi, par contre, tu connais des rudiments de leur langage. Tu vas donc essayer de leur parler comme tu peux avec tes maigres connaissances. Mais qui te dit qu’en tentant de communiquer tu ne vas pas les insulter ? Sans faire exprès bien sur ! Mais comment tu vas réussir à leur expliquer ? Si en plus ils sont armés … tu peux très très mal finir. Les inscriptions sur les joyaux c’est la même chose. Si tu inscris la mauvaise phrase au mieux le joyau ne réagit pas, mais dans le pire des cas il peut faire exactement le contraire de ce que tu souhaitais.
    - Je n’ai jamais rien vu de tel, répondit la jeune femme avant de se raviser. En fait si j’ai vu des joyaux qui ne fonctionnaient pas, mais jamais qui agissaient comme tu le décris.
    Niko haussa les épaules et jeta son os dans le feu.
    - Pour ce que j’ai vu sur Becky, ceux qui font joyaux s’expriment au mieux comme des enfants en bas âge en Esper. On ne peut rien faire de bien compliqué comme cela, mais on évite d’avoir de gros retours de bâtons. Alors oui ils peuvent créer des golems assez rudimentaire, mais encore une fois rien de complexe comme ta Becky, même si ils le veulent.
    Doriane voulu d’assimiler ces informations. Hector était réputé comme étant un véritable génie chez les faiseurs. Le plus grand maitre-faiseur depuis des générations. Elle l’imaginait mal ne pas maitriser son sujet.
    - L’Esper ? demanda la jeune femme.
    - C’est le nom que l’on donne à la langue employé pour créer les joyaux. Je me rappelle avoir toujours trouvé ce nom ridicule … Je sais que ce nom a un sens … enfin plutôt qu’il en avait un très particulier. Mais malgré ça je me souviens juste que je le trouvais ridicule.
    Hector n’avait jamais utilisé ce mot. Quand Doriane lui posait des questions sur son travail il répondait juste qu’il employait la langue des joyaux.
    - Donc techniquement ont pourrais faire faire aux joyaux ce que l’on veut ? Questionna-t-elle.
    Niko pris une mou pensive.
    - Oui et non. C’est assez embrouillé dans mon esprit sur ce point. Je sais que la forme est importante. Par exemple la forme de Becky, un oiseau à deux pattes fait de rouages et de métal, est aussi importante que les inscriptions du joyau. Si Becky ne ressemblait pas à un être vivant, alors elle ne pourrait pas vivre. De même pour les joyaux permettant de manier les éléments, il faut que dans l’esprit du fiseur ils soient intimement associés à l’élément représenté. Par exemple les rubis pour le feu, ou les saphirs pour l’eau. Mais je ne sais plus pourquoi cela doit être comme ça.
    L’homme regarda le feu pensivement sans reprendre la parole.
    - Quels sont les joyaux que tu manies ? Insista Doriane
    - Comment cela ?
    - Contre les bandits je t’ai vu utiliser les pouvoirs d’un joyau-vent et contre moi tu as employé un joyau-métal avec mon couteau. Mais je ne vois aucune pierre sur toi.
    - Je n’en ai pas. Répondit Niko en haussant les épaules.
    - Mais c’est impossible ! S’exclama la jeune femme. On ne peut manier les éléments sans les joyaux.
    Niko tandis la main vers le feu. Des flammes se détachèrent du petit foyer pour venir former une boule dans sa main droite. L’homme fit tourner sa création puis la renvoya rejoindre les autres flammes qui réchauffaient leur campement, devant une Doriane stupéfaite.
    - Tu vois, repris Niko, je peux le faire avec à peu près tout … il me suffit de le penser suffisamment fort.
    - Mais tu ne portes pas de pierres !
    - Effectivement … ne me demande pas pourquoi je sais faire ce genre de choses. Je le sais. C’est comme pour mes connaissances sur les joyaux. Je me suis réveillé il y a une semaine sans aucuns souvenirs à part ceux-là. Je me suis aperçu plutôt vite que mes souvenirs ne collaient même pas avec mes capacités à manier les éléments. Je ne sais pas qui je suis et le peu que je sais se contredit complètement. J’ai l’impression d’être m’objet d’une mauvaise blague.
    L’étranger avait vraiment l’air touché. Doriane n’osa plus l’interroger sur le sujet. Elle devait reconnaitre qu’elle l’avait mal jugé. Sans doute n’était-il pas un espion ou un soldat à la solde des ennemis de la paix. Hector et son père pourrait l’aider. Niko pourrait être d’une aide précieuse pour Eiréné. Certes il fallait qu’elle reste prudente vis-à-vis de lui, mais elle pouvait se montrer beaucoup plus sympathique.
    - Je t’emmène chez moi, dit la jeune femme pour rompre le silence, tu pourras y rencontrer de grands faiseurs de joyaux et mon père est le Régisseur d’Eiréné. Ils pourront t’aider Niko, sois en sûr !
    Niko leva vers elle un regard maussade.
    - Et si j’avais perdu la mémoire pour une bonne raison ?
    - Que veux-tu dire ? demanda Doriane surprise par cette question.
    - Je ne sais pas … J’ai le sentiment, au fond de moi, que mon amnésie n’est pas le fruit du hasard. C’est étrange à dire, mais je suis convaincu que c’est moi qui ai décidé de tout oublier.
    L’homme eu un geste d’humeur et envoya un coup de pied dans une pierre.
    - C’est rageant ! Je n’arrive même pas à l’exprimer correctement ! Mais j’ai cette impression que je ne suis pas étranger à ce qui m’arrive et que c’était dans l’ordre des choses ! J’ai l’impression que je devais absolument perdre la mémoire et oublier tout de mon passé …
    Doriane posa une main réconfortante sur son épaule.
    - Ecoute Niko. Demain nous serons à Eiréné et nous pourrons demander conseil à des gens bien plus sages que moi. Nous t’aiderons. Si tu ne veux pas retrouver la mémoire, c’est ton choix ! Personne ne peut te forcer à faire ce que tu ne veux pas. Si j’avais écouté les gens, je serai resté la discrète sans-Cité adopté par le Régisseur. J’aurai passé ma vie cloitrée dans l’Agora d’Eiréné sans jamais osé mettre le nez dehors ! Mais par contre, tu ne peux pas exclure que tu as peut-être juste été victime d’un accident. Ou pire, quelqu’un t’as peut-être portait un violent coup pour te tuer, mais tu as juste perdu la mémoire. Tu ne sais pas ce qui t’es arrivé ! Ne tire pas de conclusions basées sur de vagues sensations !
    Niko pris une profonde inspiration.
    - Tu as probablement raison. Et puis si j’ai volontairement effacé mes souvenirs … c’est que je sais à coup sûr comment recommencer si ce que je découvre ne me plaît pas ! répondit-il avant d’éclater de rire.
    - Dans tous le cas, répondit Doriane en levant les yeux au ciel, nous arrivons demain à Eiréné et là-bas il y aura bien quelqu’un pour t’aider.
     
    

Texte publié par Nathanael, 25 mai 2018 à 23h09
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 3 Tome 1, Chapitre 3
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1297 histoires publiées
612 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Delenn Harper
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés