Pourquoi vous inscrire ?

    Le chasseur de fantômes
    © Rose P. Katell (tous droits réservés)
    Le code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes de l’article L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
    
    
    Le miroir du vestibule renvoya une image satisfaisante à Théodore Martin, qui s’autorisa un sourire ravi. Rien ne le mettait de meilleure humeur que l’instant escompté où il recevait le fameux coup de téléphone, celui qui ne manquait jamais d’arriver lorsqu’on avait besoin de ses services.
    Il jubilait. Même les plus sceptiques finissaient par l’appeler tant sa notoriété grandissait dans les environs ; une notoriété qu’il entretenait grâce à de nombreux prospectus.
    Théodore se recoiffa à l’aide de sa main, puis se pencha afin d’ouvrir le tiroir du buffet installé sous la psyché. Il y attrapa une paire de lunettes rondes aux verres émeraude et la glissa ensuite sur son nez. Sa vue était excellente, mais l’excentricité de l’accessoire augmentait sa crédibilité auprès des clients. À croire qu’exercer un métier « dingue » nécessitait une allure qui le hurlait. Qu’importe : si un look loufoque lui permettait de gagner la confiance de ses employeurs, il était prêt à sacrifier son style.
    Ses baskets chaussées, il enfila la redingote qu’il avait dénichée en brocante et empoigna sa valise brune sans se soucier des fils et câbles qui en débordaient. L’heure était venue de se rendre sur le lieu de sa nouvelle tâche, où il se devinait très attendu – les personnes qui mandaient sa présence étaient toujours impatientes de le voir s’activer.
    Théodore referma sa porte d’entrée derrière lui et s’éloigna de son logis d’un pas calme et mesuré. L’habitation du couple Simon-Leroy se situait dans son quartier, aussi avait-il choisi de s’y rendre à pied. Le jeune homme ne doutait pas que plusieurs regards indiscrets le surprendraient en train de déambuler dans les rues, chuchotant à son passage, et toute publicité était bonne à prendre. Les rumeurs sur sa profession, fussent-elles vraies ou fausses, contribuaient grandement à son petit commerce.
    D’un œil distrait, il observa les alentours. Le ciel était dégagé. Le soleil réchauffait les visages des quelques promeneurs et égayait les ruelles d’ordinaire monotones. Théodore aurait souhaité un temps plus nébuleux. Bénéficier d’un coup de pouce de la météo lui apportait un aspect théâtral qu’il affectionnait beaucoup. Néanmoins, il ne se plaignit pas. La caresse de l’astre diurne était plaisante, sa balade le détendait.
    Lorsqu’il songea à la liasse de billets que son intervention allait lui rapporter, sa quiétude se transforma en une excitation qu’il eut du mal à contenir. Théodore adorait sa vie.
    La demeure des Simon-Leroy lui apparut. Il s’agissait d’une vieille bicoque autrefois fastueuse ; le genre de maison que les familles habitaient de génération en génération. Le genre de maison qu’il préférait. Théodore approcha et s’engagea dans l’allée pavée. Les occupants se tenaient sur le seuil. Osaient-ils encore entrer chez eux ? Rien n’était moins sûr. Les traits des jeunes adultes exprimaient un mélange d’angoisse fébrile et d’espoir.
    Il les salua d’un signe du menton et se réjouit des œillades qu’il intercepta sur sa tenue, du jugement rapide dont il était la victime. Son entrée en scène avait produit son effet, ses gagne-pains du moment étaient intimidés. Le reste serait un jeu d’enfant.
    — Théodore Martin, se présenta-t-il. C’est moi qui ai répondu à votre appel.
    — Nous savons qui vous êtes. Nous vous avons déjà aperçu en de rares occasions, rétorqua le mari d’un ton incertain.
    Théodore hocha la tête.
    — Je me nomme Julien, ajouta l’homme. Excusez-moi, je suis si nerveux que j’en oublie la politesse.
    Sa femme enchaîna :
    — Moi, c’est Esther. Vous êtes vraiment capable de régler notre problème ?
    Théodore serra la main qu’elle lui tendait et occulta son timbre angoissé de son esprit.
    — Je tenterai mon possible, je vous le promets.
    Elle acquiesça et s’appuya contre son époux.
    — Au départ, je n’étais pas d’accord pour faire appel à vous, confia ce dernier. Esther le voulait, pas moi. Je ne croyais pas à… tout ça.
    — Vous n’êtes pas le seul.
    — Mais les choses ont empiré, je suis obligé d’admettre que les événements qui nous arrivent sont réels, de convenir que nous avons besoin d’aide.
    Théodore opina derechef. Ensuite, il assura d’un air sérieux :
    — Il n’y a pas de honte à l’avouer. Reconnaître qu’on est hanté est le premier pas vers la délivrance.
    — Vous…
    Son interlocuteur s’interrompit. D’un geste, il l’encouragea donc à se confier.
    — Vous avez toujours été un chasseur de fantômes ?
    Théodore sourit.
    — Non, pas du tout. Quand je me suis rendu compte que j’étais en mesure de voir les esprits, j’ai d’abord essayé de les fuir.
    — Pourquoi avez-vous changé d’avis ?
    Il haussa les épaules.
    — On n’échappe pas à sa nature. Lorsque je l’ai saisi, j’ai décidé de construire ma vie autour de ma faculté.
    — Merci de vous être déplacé, intervint Esther.
    — C’est mon boulot.
    — Vous paie-t-on maintenant ou après ?
    — Après. Le salaire n’est versé qu’en cas de réussite.
    Théodore contint un rictus avec peine. Prononcer cette phrase était si facile lorsque le succès était assuré. Aujourd’hui comme lors de ses précédentes missions, il était convaincu d’empocher une belle somme.
    — Faut-il agir d’une façon ou d’une autre ? l’interrogea Julien.
    — Mieux vaut que vous restiez en dehors des lieux durant l’intervention. Les manifestations sont souvent violentes, je ne désire pas que vous preniez de risques.
    — Et vous ?
    — J’ai l’habitude et je suis équipé afin de parer à toute éventualité, dit-il en désignant son étrange valise. Permettez-moi d’agir au calme et la suite se passera sans anicroche. Un emménagement ne devrait pas être la source de tels désagréments. Je chasserai l’être qui vous harcèle, je ne m’arrêterai pas avant d’avoir atteint mon but.
    Le couple le remercia et se déclara prêt à s’éloigner de leur habitation pendant qu’il s’y activait. Enchanté, Théodore leur affirma qu’il patienterait dans l’allée jusqu’à leur retour. Il estima son temps de travail à deux heures, puis les observa partir avec une moue rassurante.
    Il s’enivra de la confiance de ses employeurs, se félicita de l’avoir gagnée si rapidement et pénétra dans la demeure ouverte à son intention. Sans s’accorder le loisir de contempler son environnement, il chercha le salon ainsi qu’un endroit où s’asseoir – autant être bien installé !
    Le canapé se révéla d’un tel confort que l’envie de s’y allonger le tenailla. Théodore s’y refusa cependant et laissa son regard dériver sur la pièce. Malgré lui, un sifflement admirateur lui échappa. Les jeunes mariés n’avaient visiblement aucun souci financier.
    Un rictus traversa ses lèvres ; s’il avait su, il aurait demandé un salaire plus élevé ! Sa réflexion lui arracha un léger rire, qu’il dissimula. Il avait beau être certain d’être seul dans la maison, il préférait ne pas relâcher son attention. Il suffisait d’une erreur…
    Sans quitter le sofa, Théodore patienta et énuméra les secondes, qui se changèrent en minutes. Par instants, il jetait un coup d’œil derrière lui ou au plafond. Ses doigts pianotaient sur l’accoudoir avec insistance.
    Au bout d’un moment, il souffla :
    — Tu comptes me rejoindre quand ? Passer les deux prochaines heures à scruter les murs ne me tente pas.
    — Ah ! Je me demandais quand tu allais m’appeler !
    Théodore n’eut pas à pivoter pour comprendre que son associé se tenait dans son dos, apparu aussi vite qu’un éclair.
    — Comme si tu avais besoin que je t’appelle, grommela-t-il entre ses dents.
    — Si on ne peut plus s’amuser…
    Le fantôme du meilleur ami de son arrière arrière arrière-grand-père contourna le divan et se plaça en face de lui. Il l’interrogea ensuite d’un ton goguenard :
    — Alors, j’ai été convaincant ?
    Théodore leva ses deux pouces en l’air.
    — Pas qu’un peu ! Ils sont terrorisés. Les pauvres n’ont même pas cherché à négocier le prix que je leur ai fait. Je pense qu’ils auraient été prêts à payer le double afin de se débarrasser de toi. Dès que je t’aurai « exorcisé » d’ici, ils parleront de moi à leurs amis et ne tariront pas d’éloges. Tu t’es surpassé, Basile. J’ai l’impression que tu t’améliores au fur et à mesure.
    — À chaque fois, je me marre un peu plus ! Tu as eu raison de cibler les amoureux pour nos affaires. Ils étaient si sceptiques les premiers jours. Les voir craquer petit à petit c’était… jouissif !
    L’escroc leva les yeux au ciel.
    — Content de constater que notre arrangement te procure de la joie.
    Amusé par sa remarque, l’ectoplasme se tapa la cuisse avec force.
    — Des décennies à hanter les tiens contre ma volonté, à subir leur mépris… Évidemment que ma nouvelle existence à tes côtés me plaît ! Déjà bambin, je sentais que tu serais différent de tes ancêtres. Tu n’as jamais eu peur de moi !
    Théodore retint un soupir. Une arnaque accomplie et hop ! Basile lui répétait ces propos ; à croire qu’il ne se remettait toujours pas d’avoir quitté la routine dans laquelle sa femme et le vieux Martin l’avaient plongé.
    — Difficile d’être effrayé par un être qu’on côtoie au quotidien.
    — Ah ! Ça n’a pas empêché les autres membres de ta famille de me craindre et d’essayer de se débarrasser de moi.
    Théodore grimaça.
    — Disons qu’ils n’ont pas plus souhaité que toi ta présence dans leur vie.
    Basile haussa les épaules.
    — J’en ai conscience. Ce traître d’Aloïs m’a assassiné et méritait que je le tourmente ! Ses enfants, eux, étaient innocents. Je ne m’explique pas pourquoi ma sorcière d’épouse les a maudits avec lui. Une erreur de jugement, je suppose. Elle ignorait probablement qu’elle me condamnait à l’errance en agissant de la sorte… Bah, j’ai eu le temps de lui en vouloir, c’est du passé maintenant.
    Théodore hocha la tête.
    — Je n’aimais pas effrayer ton foyer. Je me dissimulais. Vous seuls êtes aptes à m’apercevoir, les étrangers ne perçoivent que les manifestations que je provoque. Ce n’était pas évident, mais ça m’évitait les crises de larmes, les prières, les visites des différents prêtres, et cetera.
    — Je me souviens de ton don à « cache-cache », répondit Théodore, qui accepta de se plonger une fois encore dans un passé si souvent remué. J’avais du mal à te dénicher !
    — Tu étais si têtu ! L’unique Martin a recherché ma compagnie.
    — Avoue que tu ne le regrettes pas.
    Le fantôme ricana.
    — Sûr ! Feue ta mère a failli s’arracher les cheveux à nous voir traîner ensemble durant ton adolescence, mais avoir quelqu’un avec qui discuter après tant d’années… pfiou, quel soulagement ! Tu me traitais déjà en égal à l’époque. Toutefois, je n’aurais pas envisagé que tu me demanderais d’être ton associé dans le futur ni que tu choisirais un travail si incongru. Note que je ne m’en plains pas. Depuis que je t’aide, je ne souffre plus d’ennui.
    — Nous profitons chacun à notre manière de notre « malédiction », acquiesça Théodore.
    Bien qu’il ne l’aurait pas admis à voix haute pour tout l’or du monde, contempler son ami si guilleret lui faisait plaisir. Basile avait droit à un peu de bonheur. Qu’il l’obtienne en lui permettant de s’enrichir constituait un plus appréciable.
    — On doit attendre longtemps avant de rentrer ?
    — J’ai donné un délai de deux heures aux Simon-Leroy.
    — Tu as amené de quoi s’occuper ?
    Avec un regard espiègle, Théodore attrapa sa valise, puis l’ouvrit. Loin des appareils que ses clients imaginaient à cause des fils factices, celle-ci contenait un paquet de chips ainsi qu’un jeu d’échecs que Basile affectionnait. Il le sortit et l’installa sur la table basse.
    — Même si je serai le seul à en profiter, le vainqueur nous cuisine un festin à notre retour afin de fêter notre nouveau succès, déclara-t-il.
    L’ectoplasme battit des mains.
    — Prépare-toi à te mettre aux fourneaux, mon cher Théo !
    

Texte publié par Rose P. Katell, 19 mai 2018 à 14h07
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1058 histoires publiées
505 membres inscrits
Notre membre le plus récent est St Seb
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés