Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 8 « Les voix sur le chemin » Tome 1, Chapitre 8
Lucia poursuivait sa route, toujours suivie par ce mystérieux loup de brume qui lui apparaissait tantôt comme un humain, tantôt comme une bête. Sa voix soufflait à ses oreilles des mots décousus, qui se dissipaient dans l’air froid de la nuit… Mais progressivement, les fragments commençaient à faire sens.
    
    « Où vas-tu ainsi, Lucia ? Pour qui sont ses offrandes ? »
    
    Au début, elle n’osait pas répondre, mais elle finit par décider qu’il ne servait à rien de garder le silence, juste à le rendre plus subtilement menaçant.
    
    « Ce sont des offrandes pour la mère nourricière…
    
    — Lui as-tu déjà rendu visite ?
    
    — Non, balbutia-t-elle, toujours occupée à placer un pied devant l’autre.
    
    — Connais-tu au moins son visage ? »
    
    Celui de sa grand-mère, fripé par les années, apparut dans son esprit.
    
    « Est-ce elle que tu vas voir ? La Dévorée ? »
    
    Elle frémit en entendant ces mots. Que voulait donc dire cet esprit, qui n’avait jamais été l’un de ses camarades ? Pourquoi sentait-elle une odeur mortelle se répandre dans la nuit, coulant avec les ombres ?
    
    Lucia s’arrêta net en voyant l’homme – ou le loup – debout devant elle, souriant avec des dents blanches où stagnait le liseré rouge du sang frais.
    
    « Je peux t’escorter, si tu le souhaites…
    
    — Non, souffla-t-elle. Vous n’existez pas. »
    
    Un hurlement de rire déchira la nuit.
    
    « Est-ce ainsi ? Où sont les garçons qui t’accompagnaient ? Peut-être avons-nous festoyé de leur vie ! »
    
    Des hurlements lointains s’élevèrent, de toutes les directions. Lucia n’avait plus qu’une envie, celle de rebrousser chemin et de courir aussi vite que possible, mais elle se perdrait probablement.
    
    « Allez-vous-en ! » s'écria-t-elle en tapant du pied, un ordre et une supplique tout à la fois.
    
    Ses mains demeuraient crispées sur l’anse du panier, comme accrochées à une corde de survie. Les larmes coulaient sur ses joues et pour la première fois, le froid commençait à la saisir, la glaçant jusqu’aux os.
    
    « Karel ? Josef ? Milan ? Petr ? Est-ce que c’est vous ? Où êtes-vous ? »
    
    Mais aucune voix ne lui répondit, juste des halètements et des gémissements sourds dans les profondeurs des fourrés. À ce point, elle aurait été heureuse de voir de véritables loups, plutôt que ces créatures impalpables…
    
    Peut-être que tout irait mieux quand elle aurait atteint le sanctuaire.
    
    « Babička, balbutia-t-elle, tu as déjà connu cela… aide-moi… »
    
    Mais sa grand-mère se trouvait loin de là, dans sa cabane perdue dans la nuit ; elle ne pourrait rien faire pour l’aider.
    
    Un nouveau loup de brume apparut près d’elle, la frôlant presque de sa fourrure vaporeuse :
    
    « Je connais un chemin plus court, Lucia… Suis-moi, jeune fille… »
    
    Elle secoua négativement la tête et resta sur le sentier de terre, trébuchant sur les racines qui le traversaient de leurs entrelacs sinueux, dissimulées sous les feuilles pourrissantes.
    
    Mais peut-être était-ce l’épreuve… avancer, encore et toujours, sans écouter les voix sur le chemin.

Texte publié par Beatrix, 25 mai 2018 à 01h08
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 8 « Les voix sur le chemin » Tome 1, Chapitre 8
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1058 histoires publiées
505 membres inscrits
Notre membre le plus récent est St Seb
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés