LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Prologue Tome 1, Prologue
Tout était d’un calme olympien sur cette planète. Sa naine jaune, bien haute dans le ciel bleu sans nuages, inondait les plaines vertes de sa lumière. Il n’y avait que quelques arbres épars autour du canyon qui pourfendait la terre en deux. Une végétation étrange s’y trouvait d’ailleurs : les arbres avaient des troncs très fins d’une couleur ambrée, avec des branches où se formaient de petites boules translucides. Collé à elles, un fruit en longueur y poussait régulièrement. De couleur grenat, il avait un gout exquis lorsqu’il était mis dans une bonne salade, ou cuit dans certains plats. Kalya en raffolait ! Ils avaient appelé ça des Fragis.
    
     Pour l’instant, elle était assise dans son Exelion. Ces grands robots d’environ vingt mètres étaient utilisés pour diverses missions. Pour l’exploration planétaire, ils étaient capables de parcourir des milliers de kilomètres rapidement, en plus d’avoir un armement lourd qui leur permettait d’affronter la faune locale en fonction de leur dangerosité. Kalya avait assis son robot sur un rocher perdu dans la plaine et surveillait les alentours grâce aux caméras. Heureusement que l’intérieur avait le droit à sa climatisation. Enfermer dans un cercueil de métal alors que la naine jaune chauffait la planète, c’était un coup à mourir de chaud.
    
     Dans le cockpit, une grande baie vitrée permettait au pilote de surveiller l’extérieur. Au-dessus, il y avait un écran lui permettait de contrôler ses arrières. Puis plusieurs autres sur les côtés afin de voir les flancs, et même sous les pieds de l’Exelion. Kalya était avachie dans son fauteuil, dans sa combinaison moulante qui épousait les formes gracieuses de son corps. Ses cheveux émeraude se rependaient le long du siège en cuir, alors qu’elle était à deux doigts de somnoler.
    
     « Oh tu dors ? »
    
     La voix à la radio la fit sursauter et elle se redressa brusquement. Kalya n’aimait pas ce genre de mission : surveiller une zone de recherche. C’était ennuyeux à souhait. Surtout que cette planète, Oleva, était d’une nature très calme. Bon, elle avait dû affronter des espèces de dinosaures gigantesques à leur arriver, mais ce caillou perdu au bord de la Voie lactée ne leur offrait rien d’autre. Elle soupira. Une envie de repartir dans l’espace inconnu l’envahissait.
    
     « Non, je suis là Larth, répondit Kalya. Qu’est-ce qui a ? »
    
     Larth était un ami de longue date. Ils étaient rentrés à l’académie ensemble et avaient fait les quatre cents coups. Le troisième larron qui les avait rejoints ultérieurement ne tarda pas à se manifester lui aussi.
    
     « Laisse là voyons, leur dit Mickael à travers les communicateurs, la pauvre a besoin de sommeil !
     – Tu as encore joué toute la nuit ? s’étonna Larth.
     – Même pas ! répondit Kalya, outrée. Je n’ai plus de jeu, j’ai tout fini… J’attends la prochaine navette de ravitaillement ! J’en ai commandé quelques-uns.
     – Une vraie gamine ! taquina Mickael.
     – Je fais ce que je veux ! Et toi tu fais quoi de tes soirées ? demanda-t-elle.
     – La tournée des bars ! Tu veux pas venir ce soir ? proposa Mickael. Je vais au Titi Bar ! »
    
     Kalya eut un sourire. Cet homme était incorrigible.
    
     « Désolé, mais un bar à strip-tease ne m’intéresse pas, » répondit-elle.
    
     Pour réponse de ces deux coéquipiers, elle entendit un « oooohhh » trainant en longueur, avec une pointe de moquerie dans leur voix. Elle fut choquée. Jamais elle n’aurait pensé être vue de cette manière.
    
     « Arrête tes chichis ! s’exclama Mickael. Tu aimerais autant que nous voir une femme se déhancher devant toi !
     – Tu m’étonnes ! en rajouta Larth.
     – Eh les gars, si j’avais envie de voir une femme se déhancher, je rentrerais chez moi retrouver ma copine ! » tacla-t-elle.
     Encore une fois, elle eut le droit à des « ooooohhh » moqueur. Kalya eut un petit rire. Ses deux compères aimaient beaucoup la taquiner. C’était un jeu entre eux.
    
     « Je vous propose le Death Blood Bar alors, leur dit Larth.
     – Ah non merci, s’empressa de répondre Mickael. Les bars métal, ce n’est pas mon trip ! C’est une musique de cinglé !
     – Qu’est-ce que tu racontes ! On va t’emmener en concert avec Kalya, tu vas voir c’est tip top !
     – Non merci ! »
    
     Lorsqu’elle habitait Avena, la planète mère de l’espèce humaine, Kalya allait souvent en concert avec Larth. C’était d’ailleurs grâce à lui qu’elle s’était mise à écouter de la musique, ce qu’elle ne faisait que très rarement avant de le connaitre. Le métal fut rapidement son genre de prédilection. Des paroles provocatrices, du son fort… Rien de tel pour se décontracter. Du haut de ses vingt-cinq ans, Kalya avait déjà toute une liste de concert et festival à son actif. Malheureusement, si loin dans l’espace, ce genre de divertissement était plutôt rare. Par chance, de temps en temps un groupe se formait grâce à une poignée d’amis, laissant une chance à la population de la colonie de pouvoir se divertir un peu.
    
     « Et sinon Mickael, lui dit Kalya en s’enfonçant dans son fauteuil, toi qui es sortie de ton Exelion pour suivre les explorateurs, ils en sont où ? C’est pas qu’on s’ennuie ici, mais c’est vraiment mort…
     – On arrive dans une structure de technologies inconnues. L’équipe EX est en train de faire des prélèvements. On n’est pas près de partir, je crois… »
    
     Kalya soupira d’ennui. Si l’équipe d’exploration EX avait découvert une base cachée, elle n’était pas prête de quitter son poste. Elle scruta ses écrans, mais toujours rien dans l’immensité de la plaine. Elle tourna la tête vers les courbes de radiations, qui était à leur plus bas niveau. Alors qu’elle était sur le point de fermer les yeux, un tremblement la bouscula fortement. Heureusement qu’elle avait gardé ses ceintures de sécurité, sinon elle aurait été propulsée sur la vitre avant.
    
     Une lumière rouge clignotait en plus de la sirène d’alerte. Prise de panique, Kalya regarda ses écrans. Son robot était au sol, allongé sur le dos. Quelque chose l’avait heurté. Elle attrapa vivement les manettes et tenta de le relever, mais rien à faire. Il resta cloué à terre. Un petit écran lui expliquait qu’une source inconnue avec un poid élevé se trouvait sur son torse.
    
     « Larth ! appela-t-elle.
     – Qu’est-ce qui se passe ? répondit-il avec une pointe d’inquiétude dans la voix.
     – Bordel je suis par terre, il y a quelque chose sur mon torse mais je ne vois rien !
     – Merde, j’arrive ! »
    
     Et c’était vrai. La baie vitrée ne montrait rien d’autre que le ciel. Pourtant, ses capteurs indiquaient bien une masse de plusieurs tonnes sur son ventre. Elle appuya sur une commande, permettant d’envoyer une décharge électrique à tout ce qui la touchait.
    
     Kalya était loin d’imaginer ce qui allait suivre.
    
     Le choc électrique effaça le camouflage d’une bête. Petit à petit, elle vit des vagues de lumières sur sa peau avant de révéler le monstre énorme qui se trouvait sur son robot. Le corps écaillé dans sa totalité, il avait une gueule pleine de crocs acérés avec tête en longueur possédant une crête osseuse. Ses yeux rouges fixaient la caméra, comme s’il savait qu’elle le regardait depuis l’intérieur. La respiration haletante de panique, Kalya chercha un moyen de se dégager de la bête. Mais en tentant de manœuvrer l’Exelion, elle ne fit que l’énerver.
    
     Le monstre planta ses griffes dans le robot. Elle put voir ses énormes pattes musclées frapper l’Exelion. Pire encore, la voix de son ordinateur de bord signala les multiples brèches dans la cuirasse. Il avait réussi à transpercer l’armure ! Ce qui semblait impossible. Les Exelions étaient conçus avec du Sidérium, un métal d’une solidité extrême.
    
     Merde ! Merde ! Merde !
    
     Kalya était complètement affolée. Les mains tremblantes, elle cherchait une solution pour se sortir de ce pétrin. L’épée laser de son robot se trouvant dans son dos, il lui était impossible de la sortir. Elle n’avait pas trente-six solutions. Elle bougea les bras et tenta de frapper à coup de poing ce monstre énorme. Le premier lui heurta la tête et le sonna. Le deuxième n’atteignit pas sa cible. Dans un grognement de rage, la bête avait agrippé le bras par le biais de sa gueule.
    
     Encore une fois, des brèches apparurent. Même ses crocs pouvaient transpercer le métal ? C’était incroyable ! Les circuits d’alimentations furent touchés et des explosions surgirent dans le cockpit, obligeant Kalya à se protéger les yeux. Les étincelles fusèrent de part et d’autre. Larth était au fin fond du canyon, elle espérait le voir arriver rapidement. Une odeur de plastique grillé se répandait aussi vite que la fumée noire des incendies. Lorsqu’elle respira ces vapeurs toxiques, Kalya toussa avec violence. Ses poumons n’appréciaient guère.
    
     Mais l’impossible arriva. La bête réussit à arracher le bras droit du robot, provoquant un grand nombre d’explosion. Il s’énerva dessus, secouant la tête dans tous les sens tel un chien avec un os dans la bouche, puis le jeta au loin. Kalya tenta de nouveau de le frapper de son poing valide, mais la bête frappa le torse de sa patte pour plaquer le robot au sol. Les griffes creusèrent la carcasse et transpercèrent la baie vitrée. Kalya sentit l’une d’elle lui empaler la jambe gauche. Elle ne put réprimer un hurlement de douleur. La taille de la griffe faisait les trois quarts de sa cuisse, elle voyait tout son sang se répandre dans le cockpit. Dans un élan de terreur, elle attrapa la griffe de la main et tenta de la retirer, ce qui ne fit qu’énerver la bête. Elle rugit tout croc dehors, emportant une haleine fétide jusqu’au pilote, puis remua et intensifia sa prise qui fit hurler Kalya de douleur. Une odeur de sang se mêla à celle des vapeurs toxiques du métal grillé, poussant Kalya à chercher un bout de tissus pour improviser un filtre devant son nez.
    
     « Larth ! Vite, aide-moi ! » hurla-t-elle en pleurant.
    
     Le cockpit étant détruit, Kalya se retrouva nez à nez avec le monstre. Ses yeux rubis fixaient les siens, avec une envie de la dévorer se lisant sur son visage. En bougeant la patte, la pilote sentit sa jambe droite s’arracher. Elle beugla et vit la gueule de l’animal se refermer sur elle. Kalya tremblait, envahi par la terreur de mourir. Ses crocs agrippèrent son bras gauche dans une douleur insoutenable, puis en tirant il l’arracha pour le dévorer. Son sang se vidait à une vitesse alarmante. Le liquide rouge éclaboussa ce qui restait du cockpit. Le teint rosé de Kalya pâlit gravement, suivi par des spasmes et une respiration qui se faisait de plus en plus difficile.
    
     La dernière chose que Kalya put voir, c’était des tirs de missile fracassant la tête du monstre. Elle ne put tenir davantage. Le froid et le choc faisaient trembler son corps de toute part. Ses yeux se fermèrent tous seuls. La mort était proche. Sa dernière pensée avant de tomber dans le coma fut pour Elianne, l’amour de sa vie… 

Texte publié par Seiki, 10 août 2017 à 18h41
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Prologue Tome 1, Prologue
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
784 histoires publiées
395 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Idril Elenna Tinúviel
LeConteur.fr 2013-2017 Tous droits réservés