LC logo
Découvrir     Romans & nouvelles     Fanfictions     Poèmes     Blog     Forums
Connexion
Bienvenue visiteur !
Se connecter ou S'inscrire
Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 1 Tome 1, Chapitre 1
Au loin, les musiciens répétaient, jouant des notes anarchiques dans une joyeuse cacophonie. La jeune fille s’éloigna un instant du palais. Elle devait encore s’occuper des fleurs pour la fête. La mariée avait été très claire, du jaune et du mauve… rien d’autre. Le printemps s’installait. Les perce-neiges et les névés avaient presque disparu laissant leur place au crocus ainsi qu’aux anémones. Le blanc s’effaçait peu à peu au profit violet, du citron et bien sûr du vert, majoritaire. De-ci, de-là, quelques myosotis ponctuaient les bords du chemin. Lélahel sifflait doucement. Sa mélodie en s’envolant créait un vent léger et chaud : le Levant. Ce dernier faisait ondoyer les herbes folles, animant les prairies. La quatrième et plus jeune enfant de l’Archange Gabriel était sa préférée : la fille de l’Est. Ses sœurs : Harahel : la fille du Nord, Réhael : la fille du Sud et Mélahel : la fille de l’Ouest étaient, tout comme elle, responsables d’une saison et d’un vent.
    
    Lélahel s’attarda. Elle aurait dû rejoindre depuis longtemps ses sœurs en vue de la préparation du mariage. Cependant, elle volait aussi vite que le Levant pouvait souffler et Dieu savait à quel point ce dernier s’avérait violent si cela s'avérait nécessaire. Elle ne se pressa pas. De toute manière, elle n’était encore ni coiffée ni même habillée pour la cérémonie. Elle ne risquait donc pas le courroux de son aînée à arriver dans un courant d’air : échevelée et froissée.
    En effet, depuis qu’elle était fiancée au fils héritier du troisième ciel : Ludwig, Harahel faisait lever une Bise glaciale sur quiconque la contrariait. D’ailleurs, le stress blanchissait encore davantage les cheveux de la fille du Nord.
    À cette pensée, Lélahel prit une de ses mèches vert clair, presque jaune, et l’enroula autour de son index droit. Elle se demanda si les Archanges feraient le déplacement. Bien sûr, son père avait invité Michaël, Raphaël et Uriel. Cependant, le premier Archange, Michaël, était mourant. L’âge avait raison de lui et l’Unique — Dieu — aurait peut-être bientôt la bonté de le libérer de son enveloppe charnelle. Un ange serait alors promu à sa place. En plus d’une paire d’ailes gigantesque, il deviendrait responsable du royaume du Nord ou ciel le plus proche de Dieu. De plus, il se verrait attribuer le feu comme élément et administrerait les sentiments dans l’esprit conscient de chaque chose.
    Lélahel soupira. En clair, le pauvre homme, ou la pauvre femme se trouverait responsable de tellement d’âmes, qu’il ou elle, y passerait sa santé comme Michaël avant lui. La jeune fille bougea la tête de droite à gauche. Non, il ne faisait pas bon d’être le premier Archange. Elle embrassa une dernière fois du regard les champs devant elle et se décida à rejoindre les autres en emportant dans une bourrasque les fleurs nécessaires aux festivités.
    
    L’ange se rematérialisa à quelques pas de la porte principale du palais. Elle salua les gardes en faction et entra dans un nuage de pétales et de corolles multicolores. D’un geste de la main, Lélahel décora la cour et les tables des fleurs tant aimées par sa sœur. Jetant un dernier regard à sa création, satisfaite, elle pivota sans prêter attention. La jeune fille évita de justesse un groupe de trois chérubins qui volaient prestement vers le bureau de son père.
    « Le pauvre homme ! pensa-t-elle, même pas tranquille le jour du mariage de sa fille. »
    
    Gabriel, le deuxième Archange était le roi du sixième ciel ou royaume du Sud. Son élément était l’eau et sa responsabilité… la pensée. Il était le seul des chevaliers de Dieu à être non seulement marié, mais aussi père. Raphaël, son frère, le troisième Archange et roi du cinquième ciel et des terres de l’Est gérait comme nul autre les sensations des âmes. Son élément, l’air, lui donnait un point commun avec les filles du vent, ses nièces. Dieu était d’ailleurs vraiment satisfait et n’avait jamais eu à s’en plaindre. Par contre, Uriel et sa maîtrise des intuitions laissaient plutôt à désirer. Heureusement, l’Unique l’avait chargé de la terre. Les domaines de l’Ouest naturellement riches ne demandaient pas un travail important. Cela permettait au quatrième Archange de rattraper ses bêtises tant régulières qu’énormes.
    
    Lélahel aurait dû se concentrer, car une fois encore elle évita de justesse de se faire renverser… par un inconnu. Au fond des yeux du jeune homme, aux cheveux noirs et longs, brillait une étrange flamme. Revêtu d’un immense manteau de fourrure, seul un cimeterre, aux reflets particuliers, se laissait par moment entrevoir. L’ange s’excusa, mais n’eut qu’un silence froid et un regard dur pour réponse. Une chose était sûre, il ne s’agissait point d’un invité ou alors il était vraiment mal luné. Si la taille de l’étranger impressionna la fille de l’Est, sa lame en argent l’intrigua. Seuls les habitants de l’au-delà possédaient de telles armes. Ici, aux cieux les Archanges avaient des épées de lumière et celles des anges étant d’or. Quelques démons, survivants derrière le mur qui entourait les enfers, s’enorgueillissaient d’en détenir.
    Le sang de Lélahel se glaça. Un démon ! Voilà ce qu’elle venait de croiser ! Ils avaient été si proches que l’odeur de soufre imprégnait encore les escaliers. N’écoutant que son courage la benjamine des filles du vent emprunta le couloir des domestiques afin de se rendre au plus près du bureau de son père. Là, se transformant en courant d’air, elle pénétra dans l’antre de Gabriel en passant sous la porte. Dans sa forme éthérée, elle s’efforçait de rester immobile. Essayer de contenir le plus doux des Levants était chose impossible, même pour sa créatrice. Les rideaux derrière lesquels elle se cachait se soulevaient de plus en plus fortement. Aussi, Lélahel se résolut à redevenir femme et se plaqua contre le mur dissimulée par les lourdes tentures. Son cœur battant à vive allure et les mains moites, la jeune fille commençait à se trouver ridicule à attendre ainsi. En quoi pourrait-elle aider l’Archange Gabriel le pourfendeur de Lucifer ? Elle soupira et se résolut à rejoindre ses sœurs. Cependant, elle n’eut pas le temps de changer de forme que quelqu’un frappa lourdement. Son père, jusqu’alors rêveur dans son fauteuil, sortit de sa réserve et se leva.
    
    « Entrer », cria-t-il.
    
    Le battant de la porte s’ouvrit laissant passer le démon. Ce dernier n’avait pas fait un pas à l’intérieur de la pièce qu’il dégaina son épée et la planta dans le sol. Dans un geste rapide, il mit un genou à terre, les mains croisées sur le pommeau de sa lame, la tête baissée.
    
    « Monseigneur, l’Unique m’envoie. Connaissez-vous déjà la nouvelle ?
    — Malheureusement oui. Trois Chérubins viennent de me l’annoncer et je peux entendre les Séraphins pousser leur complainte. C’est à moi de vous appeler Monseigneur, relevez-vous, jeune homme. »
    À ces mots, le démon se dressa de toute sa haute taille, faisant même de l’ombre à Gabriel pourtant grand.
    « C’est donc cela les chants mélancoliques que j’entends… reprit l’être maléfique.
    — Hélas oui, vous les ouïrez pendant sept jours… jusqu’à ce que l’Élévation ait eu lieu. Avez-vous déjà vos ailes, premier Archange ? »
    Lélahel faillit s’étouffer en écoutant son père. Cet être abject… un Archange. Elle dissimula un cri, mettant ses mains sur sa bouche.
    — Oui, Monseigneur. Mes cornes sont tombées à mon réveil et j’ai gagné cela en échange ! »
    
    Le premier des anges laissa choir son manteau. Vêtu seulement d’un pantalon de cuir moulant et d’une paire de bottes fourrées, il déploya de magnifiques ailes noir corbeau. Son père posa un genou à terre en signe de dévotion. De toute évidence, le nouvel Archange, mal à l’aise, ne savait que faire. Gabriel se releva et demanda :
    
    « Quel est votre nom Monseigneur ?
    — Azaël, Messire.
    — Azaël ? L’ange déchu, le second de Lucifer ?
    — Son fils en réalité et petit-fils de Satan lui-même.
    — Humm, un Saigneur des Enfers en personne. Que dit votre père de cette situation ? interrogea Gabriel en se grattant le menton.
    — Je ne fais plus partie de la famille, il m’a chassé sur-le-champ ce matin. Je n’ai même pas eu le temps de m’habiller. Dieu m’a demandé d’aller présenter mes respects au royaume du Nord, ce que je viens de faire. Il m’a ensuite intimé l’ordre de m’inviter ici afin...
    — Un moment, Monseigneur… Lélahel, mon enfant sort de ta cachette et pas de courant d’air ! »
    
    La jeune fille observa les yeux du démon s’arrondir sous l’effet de la surprise tandis qu’elle écartait les rideaux et s’avançait.
    
    « Père… murmura-t-elle en baissant la tête honteuse d’avoir espionné Gabriel.
    — Lélahel, tu es grande maintenant… si tu désires me voir, il te suffit de frapper à la porte comme tout un chacun.
    — Oui père. Je vais vous laisser, je dois aller me préparer.
    — Un instant ! Tout d’abord que fais-tu ici ? Ensuite, je t’ai éduqué mieux que cela, depuis quand ne dis-tu pas bonjour à nos invités ? Réponds et tu seras libre de rejoindre tes sœurs.
    — Eh bien, je suis venue vous protéger de ce démon, car je l’ai démasqué après l’avoir télescopée dans l’escalier. Bonjour, Monsieur le Saigneur !
    — Lélahel ! s’insurgea Gabriel. Remettrais-tu en question les décisions divines ?
    — Non père… Monseigneur, veuillez pardonner mon attitude.
    — J’accepte vos excuses, répondit d’une voix rauque et profonde le premier Archange. Qui est-ce Messire Gabriel ?
    — Azaël, je vous présente la plus jeune de mes enfants : Lélahel. C’est également la plus belle et la plus têtue. Elle est la fille du Levant.
    — C’est aussi la plus indocile… à ce que j’ai pu observer, sourit l’ancien démon.
    — Père, Monseigneur, si vous voulez bien m’excuser…
    — En fait, je suis surpris. Après nous avoir écoutés si longtemps vous ne désiriez pas savoir pourquoi je suis ici ? s’enquit Azaël.
    — Eh bien, en tant que premier Archange vous honorez ma famille de votre présence à l’occasion du mariage de ma sœur Harahel avec messire Ludwig. »
    Azaël se tourna vers Gabriel. Ce dernier, le regard triste, haussa les épaules puis d’un signe du menton autorisa le jeune homme à continuer ses révélations.
    
    « Je suis ici pour vous emmener au septième ciel.»
    

Texte publié par Isabelle , 16 juin 2017 à 07h45
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 1 Tome 1, Chapitre 1
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
819 histoires publiées
411 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Trafalgar
LeConteur.fr 2013-2017 Tous droits réservés